twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Warigate : Les anciens associés de Kabirou Mbodj sortent de leur réserve

lundi 20 février 2017

L’annonce, le 07 février dernier du rachat de l’opérateur téléphonique Tigo (Milicom) par Wari, spécialiste du transfert d’argent a été longuement commenté dans les milieux financiers et politiques. Au Sénégal, cette acquisition évaluée à 80 milliards F CFA a naturellement braqué les projecteurs de l’actualité sur le directeur général de Wari, Kabirou Mbodje l’acteur de ce qui est présenté comme une success-story, sur fond de valorisation du capital « national ». Mais des acteurs décisifs dans le processus de création et de développement du label ont décidé de sortir de l’ombre pour parler. Pour restaurer, expliquent-ils, la vérité car ils estiment que l’homme d’affaires a déroulé « un plan de détournement et d’accaparement » de leurs sociétés, « sans état d’âme et en toute illégalité », source leur conflit en cours devant les tribunaux depuis 05 ans. Tout y passe : des balbutiements de 2008, à l’engagement de ses fondateurs pour l’accès du plus grand nombre aux services financiers de base, en passant par les clés de son succès, les étapes de son développement, la collaboration avec La Poste, les soutiens d’établissements bancaires comme la CNCAS et d’entreprises comme Total. Nous publions leur communiqué in extenso. Les anciens associés de Kabirou Mbodje parlent de Warigate…

Nous soussignés, actionnaires et membres fondateurs de Wari, avons décidé de porter maintenant notre combat à l’attention du public, et de dénoncer avec vigueur la Grande nébuleuse qui étreint le dossier que l’on peut valablement qualifier de Wari Gate.

Nous commencerons par vous relater l’origine de Wari, pour vous permettre de mieux comprendre et pouvoir apprécier sans partialité la suite.

Historique de Wari

Nous sommes des cadres sénégalais, spécialisés dans la banque et la finance qui avons créé en 2008 avec M. Kabirou MBODJE la société dénommée CSI (Cellular Systems International) en vue de développer et gérer des plateformes de services financiers (transfert d’argent rapide, paiements marchands, monnaie etc.) ainsi que d’autres solutions à valeur ajoutée.

C’est CSI qui a lancé les produits CallMoney et Wari dont les performances font la fierté du Sénégal et de l’Afrique.

Nous n’avions pas de grands moyens au départ, c’est avec des équipements et matériels d’occasion, des meubles de fortune, que nous avions relevé ce défi.

Une jeune et brillante équipe de 5 ingénieurs d’une moyenne d’âge de 26 ans dirigée par M. Alassane Ba actuel Directeur Technique chez Joni Joni, tous issus des écoles et universités du Sénégal, et qui ont accepté de s’engager au moment où nous n’avions que nos rêves.

C’est par la force de notre ingéniosité, notre abnégation, notre travail, notre expérience et surtout avec la grâce de Dieu que nous avons réussi cet exploit. Notre credo était la réussite de ce challenge en mettant sur pied un outil performant capable de satisfaire les besoins des populations urbaines et rurales avec des solutions financières, pratiques, innovantes, abordables, et à proximité.

Succès de Wari

La société CSI (Wari) a été créée en 2008 par M. Seyni Camara (Secrétaire Général), Kabirou Mbodje (Directeur Général), Malick Fall (Directeur Général Adjoint), et Cheikh Tague (Directeur de l’Exploitation), avec un capital d’un million FCFA, qui par la suite est passé à 50 millions FCFA.

Le succès de Wari tient au concours de plusieurs facteurs, notamment l’engagement de personnes ressources clés. Il sera en effet difficile de parler de la réussite de Wari sans rendre un hommage sincère à des hommes discrets qui ont joué à l’époque, un rôle essentiel dans la réussite de ce success story :

- M. Mamadou Thior, Directeur Général de La Poste, pour la rupture qu’il a su entreprendre au sein de son Institution dans une dynamique de changement
- M. Arfang Daffé , Directeur Général de la CNCAS, pour sa vision avant-gardiste et son précieux accompagnement Institutionnel et Financier
- M. Bruno Vincent, Directeur Général de Total Sénégal, pour avoir osé sortir des sentiers battus et lancer des services jusqu’alors jamais exploités dans le secteur pétrolier
- Pieuse pensée et nos prières à feu Diogal Pouye ancien DG de Postes Finances qui après sa sortie, a contribué de par son expertise dans cette aventure.

De La Poste

Notre société CSI voulant se positionner dans le secteur du transfert d’argent et des paiements via une plateforme transactionnelle web et mobile, nous nous sommes tout naturellement dirigés vers La Poste, le partenaire idéal :

- leader incontestable du transfert domestique au Sénégal avec plus de 160 agences bien réparties à travers le pays ;
- un volume d’activité relativement important malgré un système semi manuel via le mandat-fax.

Nous avons donc proposé à La Poste de moderniser son système de mandat-fax par notre plateforme dénommée CallMoney, nom commercial proposé par M. Seyni Camara.

Ce ne fut évidemment pas chose aisée eu égard au caractère très conservateur de postiers. Il a fallut de très longues et rudes négociations pour arriver à convaincre puis signer notre première convention de partenariat. Pour l’anecdote, au moment de la signature M. Thior Directeur Général, en présence de son collaborateur Oumar Ndiaye, nous a avoué avoir été particulièrement marqué par notre ténacité et notre engagement dans ce projet.

Cette convention très stratégique, fut le premier gros succès de notre entreprise, et nous l’avions célébré avec tout le personnel (seulement 7 employés à l’époque) dans une team bulding festive au circuit Karting de la Foire.

Ce partenariat nous a permis de dérouler le premier acte de notre vision, à savoir démocratiser les services financiers à grande échelle.

En effet, nous avons proposé à La Poste de réduire de façon très significative les tarifs du mandat-fax dont le minimum était de 2500 FCFA. Nous avions proposé de fixer un tarif de 500 FCFA sur les envois inférieurs à 10 000 FCFA, et ce fut le premier Grand pas dans la Démocratisation du transfert d’argent au Sénégal, et aussi notre première grande victoire avec la POSTE, dans un véritable modèle Win-Win :

- Client : réduction significative des frais de services, et possibilité de retirer l’argent dans n’importe quel bureau de poste, ce qui n’était pas le cas avec le mandat-fax où le retrait était domicilié au Point de destination
- La Poste : développement fulgurant du volume d’activités, automatisation et temps réel dans les traitements, meilleure visibilité, et réduction drastique des coûts d’exploitation du mandant fax
- CSI (CallMoney) : revenus substantiels, équilibre financier, et excellente référence pour une Startup CSI (CallMoney).

Après quelques mois d’activités, il était temps de passer à la deuxième phase de notre plan d’action, à savoir, développer autour de La Poste un très large réseau de Distribution, en vue de booster davantage les services en se rapprochant encore plus près des populations dans les coins les plus reculés du pays.

Malheureusement, La Poste n’y était pas favorable et a opté pour l’exclusivité de CallMoney pour son propre réseau.

Devant à cette situation, nous étions hélas contraints de parachever notre vision par une autre voie. Nous avons donc lancé un autre produit dénommé Wari avec un autre partenaire, la CNCAS.

De la CNCAS

Notre vision reposait sur la démultiplication et la vulgarisation des services financiers à l’échelle nationale et sous régionale. Il fallut donc trouver un nom commercial adapté.

Kabirou Mbodje avait proposé Karibu qui veut dire « Bienvenue » en Swahili, mais nous l’avions rejeté d’office pour deux raisons :

le Swahili renvoie à l’Afrique de l’Est, déjà occupée par le géant Mpesa,en plus et surtout Karibu est un anagramme de Kabirou.

Malick Fall a ainsi proposé « Wari Wassa » qui veut dire « Argent Rapide » en dioula, qui est l’une des langues les plus parlées en Afrique de l’Ouest. Finalement, pour faire plus court, Seyni Camara a proposé de supprimer le Wassa, et c’est ainsi que Wari a vu le jour et a été adopté à l’unanimité. Le plan stratégique était maintenant fixé, et un véritable défi nous attendait : trouver un établissement financier partenaire (EFP) et développer un réseau dense de points services de proximité (stations, boutiques, etc.).

Après avoir tenté de convaincre plusieurs établissements de la place (BIS, ICB, BST, REMECU, MVCE, etc.), c’est finalement la CNCAS qui nous aura fait confiance. En effet, M. Arfang Daffé et ses collaborateurs, après toutes les diligences préalables requises, adhèrent au projet et la convention de partenariat est signée.

Nous avions ensuite intégré comme premier distributeur, le réseau de stations Total Sénégal qui a véritablement lancé Wari.

Total Sénégal

Le réseau Total a été très déterminant dans le succès de Wari. Il nous a permis d’avoir, dès le lancement, une présence nationale avec une large capillarité sur près de 100 stations d’essence dont la disponibilité en cash est permanente, mais aussi et surtout un gage de crédibilité puisqu’il s’agissait d’un major de renommée internationale.

Total Sénégal, a très tôt été convaincu du potentiel de Wari, malgré le caractère inédit de cette activité, au sein du Groupe Total dont les règles sont très strictes dans la gestion du cash au niveau des stations services. Wari fut un véritable produit d’appel qui a haussé la fréquentation de la clientèle et boosté les ventes de leurs produits au niveau des stations.

Interactive : L’accélérateur de Wari

Le véritable succès de Wari réside dans la démultiplication du réseau de Points Services pour mailler le territoire national et mieux offrir aux populations, des services financiers de proximité.

Nous avions, sur suggestion de M. Cheikh Tague, décidé de créer une société dénommée Interactive ayant pour objectif principal le développement des réseaux de Points Services Indépendants derrière et sous l’agrément de la CNCAS.

Seyni Camara a été nommé Gérant eu égard à son expérience dans le déploiement et le développement des services de transfert d’argent Western Union et Money Gram au sein de la SGBS. Interactive a réussi en moins de deux ans, à centraliser et générer plus de 60% du volume d’activité de Wari, avec plusieurs milliards de flux par an.

Le début du clash entre Kabirou Mbodje et les actionnaires membres-fondateurs

Pendant que nous autres associés étions animés que par le développement de Wari, M. Kabirou Mbodje s’est évertué en catimini à mettre en place un plan de détournement et d’accaparement de nos sociétés sans état d’âme et en toute illégalité.

Kabirou Mbodje ainsi sans scrupule et en dehors de la vérité décide de vouloir réécrire l’histoire de Wari. Nous vous présenterons très prochainement le vrai visage de sieur K. Mmodje et vous exposerons les actes délictuels qu’il ne cesse de perpétrer sans foi ni loi et que nous combattons depuis bientôt cinq longues années.

Nous prenons d’ores et déjà à témoin l’opinion nationale et internationale, les autorités ainsi que toute audience ou organisation de juste cause pour que le droit soit dit dans cette affaire. Nous sommes résolus à aller jusqu’au bout. Nous croyons en Dieu et en sa Justice.

(Source : Ligne directe, 20 février 2017)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)