twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour la mise en place une véritable politique de recyclage des déchets électroniques

jeudi 31 janvier 2008

Avec l’appui du Fonds de solidarité numérique (FSN) et en collaboration avec EMPA, institut suisse de recherche en science des matériaux et en technologie, le Sénégal vient de lancer une étude de faisabilité pour la mise en place d’une usine de recyclage des déchets électriques et électroniques. Nouvelle en Afrique, cette question est prise très au sérieux depuis nombre d’années dans d’autres régions du monde et c’est ainsi que depuis 2003, l’Union européenne (UE) a adopté une directive relative à la gestion des déchets d’équipements électriques et électroniques (DEEE). En effet, les appareils électroniques que nous utilisons de plus en plus dans notre vie quotidienne possèdent la caractéristique d’être composés à la fois de métaux rares (cuivre, argent, or, palladium, etc.) et de matériaux fortement polluants (mercure, plomb, amiante, cadmium, etc.) sans parler des grandes quantités d’aluminium et de plastique. Le recyclage de ces déchets présente d’une part un enjeu économique lié au recyclage de métaux rares qui font l’objet d’une forte demande sur le marché mondial et d’autre part un enjeu environnemental visant à diminuer voire supprimer cette source de pollution et à préserver des ressources naturelles rares. Cette problématique est parfaitement d’actualité car l’Afrique est confrontée à deux phénomènes que sont d’une part l’explosion des ventes d’appareils électroniques tels les téléphones portables, les téléviseurs, les équipements informatiques, etc. et d’autre part l’importation en gros volumes de produits de seconde main dont les pays développés se débarrassent dans nos pays sous couvert de lutte contre la fracture numérique. Au-delà des équipements eux-mêmes, toute une série de déchets (piles, batteries, cartouches d’encre usagées, etc.) présentent de graves dangers pour l’environnement, et donc pour la santé, si les substances qu’ils contiennent ne sont pas correctement traitées. Penser à mettre en place une usine de recyclage de ces déchets est donc une initiative à saluer mais encore faudrait-il penser à mettre en œuvre un dispositif d’accompagnement avec un volet fiscal et un volet juridique et réglementaire. Le tri, la collecte et le recyclage des déchets électronique étant des opérations couteuses, il faut songer à créer une taxe sur les déchets électroniques (TDE), à l’image de la taxe sur les ordures ménagères (TOM) que paient les particuliers, à laquelle seraient soumis les gros utilisateurs d’équipements électroniques en fonction de l’importance de leur parc. Des dispositions législatives et réglementaires doivent également être prises en vu d’imposer un certain nombre d’obligations en matière de recyclage aux entreprises, à l’administration, etc. avec un système de pénalités financières pour les contrevenants. Cela étant, la protection de l’environnement étant l’affaire de tous, il faut également mener des campagnes de sensibilisation sur ces questions en direction du grand public, en s’appuyant notamment sur les organisations de la société civile. Mieux, il faut mobiliser, former et encadrer le secteur informel pour la récupération de ce type de déchets puisqu’il le fait déjà si bien pour nombre de déchets classiques. Il est enfin indispensable de prendre en compte les dimensions locales et régionales en associant à ce projet d’une part les collectivités locales et d’autre part les pays voisins. En effet, il faut pouvoir s’appuyer sur des relais locaux et voir comment réaliser des économies d’échelle en faisant de l’usine projetée une unité à vocation régionale car il faut savoir que si le de recyclage présente beaucoup d’avantages, il est également particulièrement couteux. Dès lors, au-delà de ce projet, il faut s’orienter résolument vers la mise en place d’une politique de recyclage des déchets électroniques s’insérant dans une politique globale de recyclage des déchets.

Amadou Top
Président d’OSIRIS

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)