twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Swaziland : le parlement demande au gouvernement de libéraliser l’accès à l’infrastructure nationale de fibre optique

lundi 21 août 2017

Afin que le pays ne figure plus parmi les marchés télécoms africains aux tarifs les plus élevés, les députés du Swaziland ont demandé au gouvernement de libéraliser l’accès à l’infrastructure nationale de fibre optique et à la passerelle de trafic internationale. Ils souhaitent, à cet effet, une modification de la section 53 de la loi sur les communications électroniques de 2013.

Pour les parlementaires, le contrôle actuel de l’infrastructure nationale de fibre optique et de la passerelle de trafic internationale par la Société des postes et télécommunications du Swaziland (SPTC) n’est pas conforme à la politique sur les technologies de l’information et de la communication (TIC), sur les plans de l’attraction des investisseurs et des meilleures pratiques internationales. Les députés ont donné au gouvernement jusqu’au 29 août prochain pour déposer un projet d’amendement sur leur table, rapporte le site d’information observer.org.sz.

S’adressant aux députés, le ministre des technologies de l’information et de la communication, Dumisani Ndlangamandla, leur a demandé de lui accorder 90 jours pour travailler sur la question qui nécessite la consultation de différentes parties. Une requête que les parlementaires ont rejetée, indiquant que l’amendement exigé ne concerne qu’une seule clause de la loi.

Pour la ministre du Travail et de la Sécurité sociale, Winnie Magagula, les députés ne devraient pas permettre une libéralisation de l’infrastructure nationale de fibre optique et de la passerelle de trafic internationale car cela constituerait une menace pour la sécurité nationale. « Le monde a atteint un niveau où l’on peut aller n’importe où et à tout moment par Internet. Cette porte d’entrée ne devrait pas être ouverte au secteur privé car il serait difficile pour le gouvernement de surveiller les communications. Cela pourrait stimuler le blanchiment d’argent et financer le terrorisme », a clamé Winnie Magagula.

(Source : Agence Ecofin, 21 août 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 534 038 abonnés Internet

  • 10 531 260 abonnés 2G+3G+4G (97,58%)
    • 2G : 29,14%
    • 3G : 54,77%
    • 4G : 16,08%
  • 101 090 clés et box Internet (0,96%)
  • 151 915 abonnés ADSL/Fibre (1,47%)
  • 1781 abonnés bas débit (0,02%)
  • 2778 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 570

- Taux de pénétration des services Internet : 66,98%

(ARTP, 30 septembre 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 5800 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, décembre 2019)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 225 643 abonnés
- 183 331lignes résidentielles (81,25%)
- 42 312 lignes professionnelles (18,75%)
- Taux de pénétration : 1,4352%

(ARTP, 30 septembre 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 398 285 abonnés
- Taux de pénétration : 110,63%

(ARTP, 30 septembre 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)