twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Radios communautaires : Un cadre juridique amélioré en ligne de mire

jeudi 23 avril 2009

Dans un proche avenir, les radios communautaires devraient être régies par un cadre juridique et réglementaire amélioré. Divers représentants du ministère de l’Information, du Cnra, du Bsda, de l’Artp et de l’Union des radios communautaires y réfléchissent à travers un atelier de deux jours initié par Enda Graf.

Les acteurs des radios communautaires sénégalaises, une trentaine de jours après l’épisode de la suspension d’un mois infligée à trois d’entre elles (Oxyjeunes, Afia Fm et Djoloff Fm) pour traitement de l’information politique, décident de débattre sur l’amélioration de cadre juridique et réglementaire les régissant. Un atelier de deux jours, ouvert hier à Dakar, est initié par Enda Graf, pour permettre aux acteurs de ces radios de discuter d’un cahier de charges amendé, des redevances audiovisuels et des mécanismes de financement. L’atelier se déroule en présence de représentants du ministère de l’Information, du Conseil national de régulation de l’audiovisuel, du Bureau sénégalais du droit d’auteur, de l’Assemblée nationale et de l’Artp, Selon Babacar Diouf, secrétaire général de lUnion des radios communautaires (Urac), ces organes d’information, en principe interdits de publicités, ne bénéficient pas de subventions étatiques. M. Diouf a expliqué que les radios communautaires traitent quotidiennement de l’information qui engage la vie des gens. « La politique est vaste et on n’en connaît pas les frontières », justifie-t-il. Il espère que les acteurs, régulateurs et législateurs revoient ensemble la réglementation et améliorent le cahier de charges des radios communautaires.

Hier, à l’ouverture des travaux, la présidente du Conseil national de régulation de l’Audiovisuel, anticipant sur les conclusions et recommandations qui seront livrées cet après-midi, a reconnu la nécessité d’accéder à un autre pallier pour faire des radios communautaires de véritables outils de développement. C’est fort d’un constat de la faiblesse de formation des personnels, du matériel souvent vétuste et du manque de moyens des radios communautaires visitées aux quatre coins du pays que Mme Nancy Ndiaye Ngom a fait ce plaidoyer.

Omar Diouf

(Source : Le Soleil, 23 avril 2009)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)