twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vols de câbles dans le secteur des télécommunications

vendredi 7 mars 2014

Keur Massar, fief des malfaiteurs, La Sonatel estime le préjudice subi, du fait des vols de câbles, à plus de 200 millions Cfa S’il y a une localité où le vol de câbles inquiète les opérateurs, c’est bien la zone de Keur Massar. Selon la Sonatel, le préjudice incluant travaux de réparation et perte sur le trafic de 2006 à 2013 est supérieur à 200 millions Cfa. Les statistiques de Sonatel sur le vol de câbles ne font pas l’affaire de la banlieue dakaroise. En effet, une étude de 2013, présentée hier, à l’occasion d’un séminaire sur les infractions commises dans le secteur des télécommunications, montre que c’est à Keur Massar que les voleurs de câbles opèrent le plus. La localité est suivie de Malika, Rufisque, Yeumbeul, Hann, Boune et Bargny.

Selon Dame Mbaye, directeur du département Sécurité de Sonatel, le phénomène des vols de câbles est apparu vers les années 2006. Et que le préjudice total estimatif incluant travaux de réparation et perte sur le trafic de 2006 à 2013 est supérieur à 200 millions Cfa. A l’en croire, à cause des vols de câbles, des pans de réseaux filaires entiers ont disparu. C’est le cas à Deny Birame Ndao, Seby Ponty, Wayembame, Gandoul et alentours, Dougar, Keur Moussé, ainsi que des villages de certaines régions de l’intérieur. Par exemple, de 2010 à 2013, la longueur de câbles volés est passée de 16 740 m à 26 974 m. Soit une distance de Dakar à Bargny. Pour le nombre de cas de vols de câbles, il est passé de 53 en 2010 à 275 en 2013. Les causes sont multiples. M. Mbaye l’explique par la conjoncture économique mondiale difficile, le renchérissement du prix du cuivre, la vente informelle de ferraille devenue un métier, l’identification difficile des receleurs parmi les professionnels de la ferraille, le réseau filaire étendu, accessible et exposé, l’insuffisance d’information des populations sur le phénomène et l’existence d’agents incontrôlés dans le réseau. Le nombre de procédures judiciaires initiées par Sonatel de 2007 à 2013 est de 129. Le nombre de personnes condamnées durant cette même date est de 72 avec 22 employés de sous-traitants impliqués. Mais pour le directeur du département Sécurité de Sonatel, il faut des peines exemplaires pour dissuader les voleurs, une saisine systématique de juges d’instruction en cas d’arrestation de voleurs. Ce qui sera de nature à permettre de remonter aux receleurs, seule raison d’être des voleurs. Il a aussi donné comme pistes de réflexion, le durcissement des peines applicables aux voleurs et receleurs, comme cela se fait en Afrique du Sud avec 10 ans d’emprisonnement. Il préconise aussi l’interdiction de l’exportation du cuivre, la dénonciation à la police de tout conteneur de cuivre destiné à l’exportation en prenant l’exemple de la Belgique où cette obligation pèse sur les entreprises de recyclage.

Arnaques aux clients sur les cartes de recharge

Une localité religieuse de la région de Kaolack ciblée S’agissant des arnaques aux clients sur les cartes de recharge, les opérateurs Orange et Expresso sont unanimes quant à la localisation des numéros appelants qui se trouve être la région de Kaolack. Mais la Sonatel va plus loin sans préciser le nom de la localité : « La quasi totalité des numéros appelant identifiés sont localisés au niveau d’une localité religieuse de la région de Kaolack », mentionne le document présenté lors du séminaire. Toujours dans l’analyse des différents cas remontés, Orange indique que les clients ciblés par les arnaqueurs sont essentiellement des clients du réseau fixe ayant des lignes semi-prépayées (Keurgui Kheweul, Kheweul Pro…). Non sans souligner que certains clients sont tombés dans le piège et ont eu à envoyer aux arnaqueurs les codes de rechargement des cartes achetées avant de le signaler à Sonatel. Parmi les remontées, des noms de personnes qui se font passer pour des agents de Sonatel travaillant au niveau des agences commerciales sont revenus très souvent.

(Source : Wal Fadjri, 7 mars 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)