twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vol d’images de télévision payante 4 milliards de perdus pour l’Etat selon Canal+

mercredi 13 mai 2015

A côté des chaînes de télévision payantes, l’Etat du Sénégal perd un gros paquet dans le vol des images de télévision. Selon le directeur de Canala+ Sénégal, Sébastien Punturello, qui s’exprimait lors d’une cérémonie de lancement d’une nouvelle application, le manque à gagner pour le Fisc est estimé à quatre milliards de francs Cfa chaque année.

Si les pirates des programmes de télévision causent un énorme tort aux chaînes de télévision privées, le manque à gagner est également énorme pour le Fisc, selon le directeur général de Canal+ Sénégal. Sébastien Punturello, qui s’exprimait, hier, en marge du lancement d’une application mobile de la chaîne cryptée, le préjudice financier se chiffre à plusieurs milliards de francs pour l’Etat qui ne reçoit aucune retombée fiscale de l’activité de ces acteurs informels. « On estime que l’Etat perd quatre milliards de francs Cfa de contributions directes et indirectes », soutient-il. Et selon lui, le préjudice touche également les ayants droit, les réalisateurs et producteurs. « Si la chaîne n’achète pas les droits de diffusion d’une série sénégalaise par exemple, c’est le réalisateur qui perd de l’argent », dit-il.

Cependant, pour M. Punturello, certains opérateurs Mmds sont pires que les câblodiffuseurs dans les quartiers sur toute l’étendue du territoire national. Il relève en effet que la commercialisation des chaînes de Bein Sport au Sénégal est parfaitement illégale puisque que le Groupe qataris n’a confié à aucune chaîne les droits de diffusion de ses programmes pour le Sénégal. En plus, indique-t-il, les opérateurs de rediffusion qui s’activent dans cette fraude font une concurrence déloyale aux autres acteurs qui opèrent sur le terrain. « Cela freine le développement d’acteurs légaux qui ne peuvent pas créer de l’emploi ou investir pour acheter des droits de films », a-t-il poursuivi. Non sans souligner que des actions en justice ont été engagées contre les câblodistributeurs. Lesquelles ont conduit à des démantèlements de réseau de câblodistributeurs. « Le code pénal prévoit maintenant des dispositions qui vont contre le vol d’images de télévisions », soutient Sébastien Punturello. Signalons qu’au Sénégal, ce sont des millions de foyers qui regardent, pour trois mille francs Cfa ou moins, les programmes des chaînes de télévision payantes grâce aux réseaux des pirates. Et malgré les nombreux opérateurs de démantèlement de ses réseaux pour le neutraliser, le business prospère. Le changement récurrent de technologies, encore moins les condamnations de câblodiffuseurs n’ont pas empêché au phénomène de gagner du terrain.

Seyni Diop

(Source : Wal Fadjri, 13 mai 2015)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)