twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Vers une régulation des données personnelles

mardi 19 mai 2015

Les autorités africaines réfléchissent sur les formes de régulation des données personnelles les mieux adaptées aux défis de l’heure.

Le président de la Commission de protection des données personnelles du Sénégal (Cdp), Dr Mouhamadou Lo, a souligné mardi à Dakar la nécessité d’avoir un cadre de coopération africain pour protéger les personnes contre les dérives des outils technologiques.

« Dans la perspective d’apporter des réponses relatives à la protection des données personnelles, nous devrons mettre en exergue les formes de régulation les mieux adaptées aux défis auxquels nous sommes confrontés », a-t-il indiqué lors de l’ouverture du forum africain axé sur cette question. Aussi, le Dr Lo a-t-il jugé urgent de mettre en place un cadre de coopération plus étroite entre les autorités de protection des données africaines.

Pour lui, c’est tout le défi et le sens des enjeux du forum de Dakar. A son avis, l’essor du web 2.0, l’explosion des réseaux sociaux, la soumission aux moteurs de recherche, le développement du big data, l’avènement du cloud computing, l’internet des objets, etc sont autant d’outils technologiques qui facilitent l’agrégation des données personnelles entrainant ainsi certaines dérives, notamment en ce qui concerne la confidentialité des données et des libertés individuelles.

D’après Dr Lo, cette masse de données captées sur les utilisateurs des outils technologiques est fondatrice de l’économie numérique. Des informations personnelles qui, selon lui, sont devenues des matières premières convertibles en argent.

D’où, à son avis, la nécessité d’apporter des réponses à cette situation afin de protéger les personnes concernées.

Pour lui, c’est tout le défi et le sens des enjeux du forum de Dakar. A son avis, l’essor du web 2.0, l’explosion des réseaux sociaux, la soumission aux moteurs de recherche, le développement du big data, l’avènement du cloud computing, l’internet des objets, etc sont autant d’outils technologiques qui facilitent l’agrégation des données personnelles entrainant ainsi certaines dérives, notamment en ce qui concerne la confidentialité des données et des libertés individuelles.

D’après Dr Lo, cette masse de données captées sur les utilisateurs des outils technologiques est fondatrice de l’économie numérique. Des informations personnelles qui, selon lui, sont devenues des matières premières convertibles en argent.

D’où, à son avis, la nécessité d’apporter des réponses à cette situation afin de protéger les personnes concernées.

(Source : [Ecofinances>http://ecofinance.sn/], 19 mai 2015)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)