twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Une quatrième licence de téléphonie vendue en secret par le Sénégal : Glo a déjà payé 33 milliards au Bénin pour le même service

jeudi 3 juin 2010

C’est dans le secret le plus absolu que les nigérians ont arraché une licence de téléphonie globale du même type que celle de Sonatel ou Expresso. Le plus étonnant dans cette affaire c’est que le montant n’a pas encore été communiqué. Mais la même société Globacom a déjà acheté une licence il y a trois ans au Bénin pour la somme de 33 milliards de francs CFA. On imagine mal le Sénégal vendre en deça de ce prix. Ce qui n’empêche qu’il existe de nombreuses zones d’ombre dans cette affaire.

C’est bien une licence globale de téléphonie qui a été accordée dans le plus grand secret à la société nigériane Globacom. A ce sujet, le quotidien de Lagos, This Day écrit : « Globacom Afrique géant des télécommunications a enregistré une nouvelle étape dans sa tentative de construire le réseau principal et le meilleur en Afrique, il remporte une licence pour exploiter au Sénégal. La dernière licence a été délivrée par le gouvernement du Sénégal, le lundi et signé par les ministres des finances et celui des télécommunications. »

Et mieux, l’un des principaux responsables de la société, le Dr Mike Adenuga Jr., a déclaré au quotidien, This Day, que la licence permettrait le géant des télécommunications d’offrir des services de télécommunications de classe mondiale, au gouvernement et au peuple sénégalais.

La licence sénégalaise permettra également à Globacom de faire passer son câble sous-marin gigantesque par Dakar.

Il donnera aussi le géant des télécommunications le droit de transporter du trafic pour les opérateurs principaux, le gouvernement et les clients grossistes.

Globacom a noté dans sa déclaration que sa licence lui permettra d’offrir l’Internet à haute vitesse et des services à large bande et de rendre les services de télécommunications plus rapides, plus fiables et moins coûteux pour les consommateurs sur le continent.

En outre, avec la licence sénégalais, Glo, comme l’appelle les nigérians sera en mesure de fournir des services de transport international pour les opérateurs télécoms dans le pays. La société qui a des commutateurs de passerelles en dehors du continent est actuellement un acteur majeur dans l’industrie mondiale des télécommunications.

Globacom a déclaré que la nouvelle licence donnerait au continent africain l’opportunité de faire un bond économique grâce à un excellent réseau de communications. « Conformément à notre vision, Glo continuera à jouer un rôle majeur dans la stimulation d’une nouvelle ère de prospérité dans le sous-continent et de construire des installations qui offrent des services avancés de télécommunications en Afrique comme la téléconférence, l’apprentissage à distance, la télémédecine, le diagnostic en ligne et la vidéoconférence lors de la chirurgie et la recherche », a dit le responsable de Globacom à This Day.

Globacom a également déclaré que l’infrastructure lui permettrait d’améliorer le déploiement sur la terminaison d’appels vers les téléphones des abonnés, de réduire les taux d’échec des appels ainsi que le coût des appels internationaux non seulement au Sénégal mais aussi dans tous les marchés où il opère.

Cependant, on s’étonnera de l’opacité de cette affaire : c’est bien donc une licence de téléphonie globale qui a été accordée à cette société nigérianne qui est déjà présente dans son pays, au Ghana, en Côte d’Ivoire et au Bénin. Dans ce dernier pays, Globacom a acheté une licence en 2007 à 33 milliards de francs CFA. Et pour prendre cette décision, les autorités béninoises ont réuni un conseil des ministres spécial. Au Sénégal, tout s’est joué dans la discrétion la plus totale entre les deux ministres Abdourahim Agne et Abdoulaye Diop. Ni l’ARTP encore moins les conseillers spéciaux du président de la République, dans ce domaine de télécommunications, ne sont au courant de cette affaire. C’est d’autant plus suprenant que cette licence est signée au moment où le dossier de l’argent de Sudatel suscite une vive polémique. Sans appel d’offres, pas de communqué officiel du ministre des Finances, cette affaire risque d’être un problème de plus pour le régime de l’alternance.

El Malick Seck

(Source : Politicosn, 3 juin 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)