twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Trois questions au Dr. Mamadou Ndiaye (Professeur multimédia Web, journaliste au CESTI) : ‘‘Au Sénégal les réseaux sociaux (Rs) jouent le rôle d’alerte’’

vendredi 22 janvier 2016

Pourquoi tous ces hashtags ?

On parlait de hashtag concernant Twitter. C’est un mot-clé qui permet d’appartenir à une communauté et faciliter la présence sur le web. C’est vrai qu’ils sont de plus en plus fréquents sur Facebook. Il faut le mettre sous l’angle d’un effet de mode qui veut qu’à chaque fois que survient un phénomène important, on en crée pour permettre la participation dans un débat donné. Pour les attentats de Ouagadougou, par exemple, certains ont mis #Ouaga. Pour l’affaire des sacs à main, nous avons entendu plusieurs voix s’élever pour condamner ce qu’elles appellent une nouvelle tendance. Mais les réseaux sociaux servent à cela, à installer un débat et permettre à certaines sensibilités de se prononcer.

Les réseaux sociaux jouent-ils un rôle d’alerte au Sénégal ?

Au Sénégal les Rs jouent le rôle d’alerte. Je les utilise beaucoup et je vois beaucoup d’‘‘amis’’ qui posent les débats d’une extrême importance. J’ai même vu le post d’un ami qui disait que pour montrer la virilité, il va poster plein de photos, accompagné de filles qui ont des sacs à main. Sur l’homosexualité, la bonne gouvernance, la réduction du mandat du président..., les occasions sont bonnes pour permettre aux internautes de poser des débats. Mais la remarque, c’est que les gens le font sans avis contraire. Si l’on émet une idée qui va à contresens de celle d’un ami, il a tendance à se braquer. Ils veulent qu’on dise ‘j’aime’. Dès qu’on essaie d’apporter la contradiction, le débat est vite biaisé. On doit ouvrir un débat franc, on n’a pas besoin d’être d’accord sur tout. Il y a une sorte de construction de la pensée unique notamment sur Facebook. Les gens n’y acceptent pas que quelqu’un ne pense pas comme eux. Si vous avez un contact radical, il vous supprime de sa liste d’amis.

Les partages ou retweets d’infos se passent vite sur les Rs, que pensez-vous des amalgames qu’ils entraînent éventuellement ?

Il y a une photo qui circule sur Facebook avec quatre hommes en tenue traditionnelle portant des sacs de femme. Je pense que c’est une parodie à voir la manière dont ils ont posé. Certains lanceurs (d’alerte) et même certains censeurs sur les réseaux illustrent leurs post avec cette photo pour étayer leurs critiques. Il y a eu méprise, amalgame sur ce point. Sur les réseaux, il y a la présence de moralistes, des gens qui sont là pour indiquer ce qui est bien. Parfois, il faut un peu penser à la liberté individuelle car nous sommes dans un pays démocratique. C’est bien d’alerter car c’est le rôle de la communication, mais les Rs permettent aussi le divertissement et parfois il arrive qu’on s’adonne à des choses assez légères. Sur le net, on a l’impression qu’on ne peut plus rire de rien du tout. La pensée unique n’est pas du tout compatible avec internet qui est le média de la liberté.

(Source : Enquête, 22 janvier 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)