twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Trois questions à .... : Chimère Malick DIOUF, Directeur des affaires criminelles et des grâce au ministère de la justice : "Le Sénégal est désarmé face à la cybercriminalité"

mercredi 31 août 2005

Wal Fadjri : Peut-on avoir une définition de la cybercriminalité et quels sont les mécanismes prévus au Sénégal pour s’en protéger ?

Chimère Malick DIOUF : Toute évolution entraîne, inévitablement, à côté des bienfaits qu’elle procure à l’Humanité des aspects déviants qui sont le plus souvent utilisés par une certaine catégorie de personnes. Ainsi, à côté des bienfaits de l’Internet et des nouvelles technologies de l’information, il y a le revers de la médaille. C’est cela la cybercriminalité. Elle s’attaque à l’économie, à la personne en tant qu’individu et à tous les systèmes économiques et financiers. Malheureusement, ce n’est pas un phénomène qui se pose seulement au Sénégal. C’est un défi mondial. Pour paraphraser le chancelier allemand, Schröder, je dirais que comme c’est un défi mondial, la réponse doit être, inévitablement, mondiale. Sous ce rapport, le Sénégal est atteint de plein fouet par la cybercriminalité, tant du point de vue des mœurs que de l’attaque à notre système économique et bancaire. Parce que, nous en avons connu. Malheureusement, nous n’avons pas, pour le moment, de réponse face à ces attaques. C’est pourquoi, je trouve que ce séminaire vient à son heure dans la mesure où il permet de booster tout ce qui a été fait jusque-là pour dégager des orientations dont la première serait, à mon avis, de s’orienter vers la Convention de l’Europe autrement appelée la Convention de Budapest. A l’heure actuelle, c’est l’instrument international le mieux élaboré. C’est une convention ouverte : tout le monde peut y adhérer.

Wal Fadjri : Donc, face au problème de la cybercriminalité, vous pensez que la solution ne peut être que mondiale

Chimère Malick DIOUF : Absolument ! Tous ces problèmes qui se posent à l’humanité (terrorisme, blanchiment de capitaux, etc.) sont des défis mondiaux. La réponse ne peut être, inévitablement, que mondiale. Comme les experts l’ont expliqué, quelqu’un peut de Hongrie s’attaquer violemment à l’économie sénégalaise. Les éléments de l’infraction sont à l’extérieur et, nous en subissons les effets. Mais, nous ne pouvons lutter contre cet état de fait que dans la mesure où il y a un instrument qui nous permet, à partir d’ici, d’enclencher des poursuites contre ce qui se fait à l’étranger grâce à la coopération internationale.

Wal Fadjri : Mais, en attendant que cet instrument soit mis en place, quels modes de règlement le droit pénal sénégalais offre-t-il, pour atténuer les effets de la cyberdélinquance ?

Chimère Malick DIOUF : Le Sénégal est totalement désarmé ! Nous avons le Code pénal mais ses dispositions sont inadaptées et ne peuvent pas permettre de s’attaquer à un problème de type tout à fait nouveau. Il y a la commission de réforme du Code pénal qui va essayer d’apporter des réponses. Mais, la réponse ne peut, de toutes façons, être qu’internationale.

Propos recueillis par I. ANNE

(Source : Wal Fadjri, 31 août 2005)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)