twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Transition numérique dans l’espace UEMOA : Réunion sur la mobilisation des finances

vendredi 7 février 2014

Les ministres en charge de la communication, des télécommunications et des TIC des huit pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) se sont rencontrés à Ouagadougou, le vendredi 7 février 2014, pour réfléchir sur la mobilisation des ressources pour le financement de la transition numérique.

L’heure est à la recherche de financement pour faire de la télévision numérique de terre (TNT) une réalité dans la sous-région ouest africaine. En effet, pour être au rendez-vous de la modernisation du secteur de l’audiovisuel et des télécommunications, les ministres en charge de la communication des pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), se sont concertés à Ouagadougou, ce vendredi 7 février sur la mobilisation des ressources financières.

Selon le président intérimaire de la commission de l’UEMOA, Guy Amédée Ajanohoun, la structure est disposée à accompagner les Etats membres de l’espace dans sa quête de financement pour la transition numérique.

« Face aux besoins importants de financement et au regard du constat alarmant du retard pris par nos Etats, le Conseil des ministres africains de la de l’UEMOA tenu à Bamako en 2013, a décidé que la commission de l’UEMOA accompagne les Etats dans le processus », a déclaré le président.

Rassurant les participants à cette rencontre ministérielle, Guy Amédée Ajanohoun a informé qu’un conseil des ministres sera organisé dans les meilleurs délais pour faire la lumière sur cette question de financement de la transition numérique.

Il a signifié aux experts et aux ministres prenant part à la réunion, que conformément aux instructions prises lors du conseil des ministres, la commission de l’UEMOA a travaillé sans relâche pour d’une part élaborer une stratégie de mobilisation des ressources, et d’autre part entamer des concertations avec des institutions financières pour la mise en œuvre de ce projet moderne. A l’issue de ladite rencontre, plusieurs dossiers ont été examinés et soumis à l’appréciation des participants à la rencontre.

Ainsi quatre grands points ont fait la « Une » : Il s’agit de l’adoption de la stratégie de mobilisation des ressources, de l’examen des projets de textes communautaires sur la transition numérique, de l’adoption du dossier régional indicatif du financement de la transition, ainsi que de l’examen du projet de mise en place de modules de formation sur les équipements audio-visuels.

Environ 34 milliards de francs CFA à débourser

Pour le ministre burkinabè de la Communication Alain Edouard Traoré, le choix du Burkina Faso pour abriter cette « importante » rencontre, dénote de l’attachement des plus hautes autorités du pays à la question de la transition numérique. Selon le ministre, l’Union internationale des télécommunications fait obligation aux Etats de passer de la télévision analogique à celle numérique d’ici à juin 2015.

De ce fait, la conviction des Etats membres de l’espace UEMOA est d’accorder les efforts afin de relever valablement ce défi qui présente de grands enjeux pour les gouvernements et les populations des huit pays de l’espace.

« Nous sommes satisfait que le conseil des ministres statutaire de l’UEMOA ait accédé à notre suggestion de réfléchir sur la mise en place d’un dispositif régional d’accompagnement financier des Etats membres », a dit le porte-parole du gouvernement burkinabè. Il a ajouté que l’ensemble des fonds à mobiliser pour rendre effectif la numérisation audio-visuelle se situent entre 300 à 350 milliards de francs CFA.

La part contributive du Burkina Faso, poursuit-il, s’élève à en croire le premier responsable de la Communication au Burkina Faso, à environ 34 milliards de francs CFA. Le souhait des ministres, est de voir la rencontre de Ouagadougou déboucher sur des conclusions importantes, avec à la clé de bons résultats, et des solutions idoines favorables à la mobilisation des ressources pour le financement de la transition numérique.

Wanlé Gérard Coulibaly

(Source : Sidwaya, 7 février 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)