twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Timide présence des partis sur la toile

vendredi 13 juillet 2001

Le besoin de visibilité n’a pas encore incité les Partis politiques constitués au Sénégal à aller à la conquête des cœurs des millions d’internautes dans le monde. Sur la soixantaine de formations politiques recensées au Sénégal, rares sont ceux qui sont actuellement visibles sur le Net. Parmi les partis dont les sites sont actuellement accessibles, il y a And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj-Pads), l’Alliance des forces du progrès (Afp) et le Parti de l’indépendance et du travail (Pit). Ces sites permettent aux partis politiques qui en sont dotés d’avoir une plus grande ouverture sur la diaspora sénégalaise même si l’électorat sénégalais à l’extérieur est encore d’un niveau faible.

Aller à la conquête des internautes, particulièrement de la diaspora sénégalaise, c’est ce que tentent certains partis politiques sénégalais. Mais au vu du faible de présences sur le net, on ne peut manquer d’affirmer que cet exercice est pour le moment difficile. En effet, on constate un faible nombre de sites créés par les formations politiques pour être visible sur internet. A la date d’hier, jeudi 12 juillet, seuls les sites de trois partis politiques sur la soixantaine que compte le Sénégal étaient accessibles. Il s’agit de And-Jëf/Parti africain pour la démocratie et le socialisme (Aj/Pads), l’un des premiers à avoir créé un site internet parmi les partis politiques, l’Alliance des forces du progrès (Afp) présente sur la toile depuis mai 2000 et le Parti de l’indépendance et du travail (Pit) qui vient d’y faire son entrée. Certains autres partis politiques s’étaient mis à l’heure d’internet en mettant en avant leur leader, surtout lors de l’élection présidentielle de l’année 2000. Mais ils ont disparu depuis quelques temps. C’est le cas du Parti démocratique sénégalais (Pds), au pouvoir depuis le 19 mars 2000, et du Parti socialiste (Ps), déchu à la même date. Pour les besoins de l’élection présidentielle de l’an 2000, Me Wade avait joué à fonds la carte du web. Sur le site aux couleurs jaune et bleu du Pds, le candidat sopiste de l’époque montrait "pourquoi Diouf est perdant" et "pourquoi Wade est gagnant". Il y avait aussi un certain nombre de rubriques présentant la carrière du secrétaire général du Pds ainsi que ses grands chantiers et projets.

Le leader du Fsd/Bj, Cheikh Abdoulaye Dièye, dispose aussi d’un site internet mais celui-ci est moins destiné à la propagande politique. On y parle de ses activités religieuses dans le monde et du "Cheikh" mouride qu’il est.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)