twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Tigo dicte sa loi au village de Fayil

mardi 18 novembre 2008

Situé à 7km de la communauté rural de Diouroup dans la région de Fatick le village de Fayil fait partie des plus grands villages du Sénégal avec plus de 5000 âmes. Dans ce village traditionnel sérère la population a bien compris les avantages et importances des télécommunications. Les fayillois sont abonnés aux services du deuxième opérateur de téléphonie mobile du Sénégal « Tigo ». “Allo mame nou ndef...hum... ok mé guara..” [1] . Ce jeune paysan s’appelle Moussa. Il s’apprête à rallier la ville pour le transport de ses frères qui l’attend à la gare routière de Fatick .il doit parcourir une dizaine de kilomètres avec sa charrette. Moussa la trentaine a toujours son portable accroché sur son coup « grâce a Tigo on peut me joindre partout. Je voulais me rendre aux champs mais je suis obligé de rester car je dois ramener mes frères au village » affirme t-il.

Dans cette localité Tigo est le seul opérateur accessible à la population « l e village est trop enclavé. À cet endroit le réseau orange n’est pas accessible » nous lance Marie Diouf qui vient juste de terminer sa conversation téléphonique avec ses enfants. Comme Moussa et Marie la majeure partie de la population dispose d’un téléphone portable abonné à Tigo. La concurrence est minime ici. C’est l’opérateur Tigo qui dicte sa loi nous dit Madeleine Sène gérante de l’une des télécentres du village. Madeleine à l’instar des autres gérants vit depuis quelque temps le calvaire. En effet l’utilisation des portables par les fayillois a fait que le télécentre ne marche plus. « Au début je pouvais gagner 7000 FCFA à 8000 FCFA par jour mais maintenant avec les portables qui inondent le village mon chiffre d’affaire à complètement baissé » d’ailleurs ajoute Madeleine « je viens de fermer le télécentre puisque le téléphone n’est plus fonctionnel. Je ne fais que vendre du « Izi ». Les gens n’appellent plus sur le fixe. »

Les trois télécentres que disposait le village ne sont plus fonctionnels. Les fayillois ont recours de plus en plus aux téléphones portables, une manière de se moderniser selon Aimé un jeune étudiant. Le portable est un outil indispensable pour Aimé. La manipulation de l’outil importe peu pour la population. Aimé nous fait savoir que 80% de la population sont analphabète et malgré ce handicap, même certains vieillards disposent d’un téléphone. Il ajoute « il suffit simplement de connaitre le bouton qui te permet d’appeler et de répondre ». Aujourd’hui comme tout le village le vœu le plus cher de ce jeune étudiant est l’électrification du village.

Recharge de portable mouvementée des fayillois - Manque d’électricité : une affaire sérieuse

L’électricité constitue le véritable combat des villageois. Depuis sa création le village vit dans le noir. Un véritable problème qui gangrène son développement. Avec le manque d’électricité la recharge de portable devient un véritable parcours d’un combattant.

« Cela fait maintenant deux jours que mon portable est à plat et pourtant j’attendais un appel urgent » se lamente un jeune fayillois. Des fois on peut parcourir des kilomètres pour le recharge de portable. Ce jeune nous fait savoir que la recharge se fait dans la région de Fatick distant de plusieurs kilomètres ou dans les villages environnant.

Par contre certains attendent la tombée de la nuit pour aller a la recherche d’un groupe électrogène ou d’un solaire. En effet on retrouve deux à trois panneaux solaires dans le village même constat pour les groupes électrogènes.

« La maison de Rémy » est la plus frisée. Même les plus petits connaissent cet endroit. Rémy est un enseignant qui dispose d’un groupe électrogène. La nuit les portables sont branchés un peu partout renseigne t-il. « Chaque jour c’est le même scénario des dizaines de gens viennent ici pour charger leur portable et dés fois l’attente peut être très longue. La recharge est gratuite cependant il précise que ce n’est pas tous les jours qu’il allume le groupe car l’essence est cher ». C’est l’occasion aussi pour les enfants de pouvoir regarder le petit écran en groupe. Le village de Fayil dispose de trois télévisions raison pour laquelle certains enfants viennent des autres facettes du village simplement pour regarder la télé ou pour des retrouvailles.

Retrait de la licence de Tigo : les fayillois jugent

Les fayillois sont également conscient de la situation actuelle de l’opérateur de téléphonie. « Tigo traverse des moments difficiles avec l’état mais je pense que les choses vont s’arranger lance Madeleine. Elle pense que si jamais l’état retire la licence de Tigo cela serait très dommage pour les abonnés surtout ici ou tout le monde est abonnés a Tigo.

Le deuxième opérateur a obtenu sa licence en 1998 pour une somme de 50millions de FCFA. L’état du Sénégal avait attribué une concession à la société reposant sur une éventuelle renégociation en cas de présence d’une troisième licence. La filiale du groupe Millicom International Cellular doit payer100milliards de FCFA a l’état du Sénégal qui veut purement et simplement arrêter les activités de la société en cas de non respect de cet accord. L’état du Sénégal a vendu la troisième licence de téléphonie a Sudatel pour 200millions de dollars soit environ 90 milliards de FCFA. Plus de deux mois après l échéance le réseau du groupe soudanais n’est toujours pas en service. Selon les responsables le démarrage des activités est prévu pour décembre.

Le deuxième opérateur Sentel a changé sa marque commerciale depuis le 8 novembre 2005. Ce passage répond à une dynamique du groupe Millicom d’innover en regroupant toutes ses marques sous une même entité : « Tigo » qui signifie « toi en espagnol » tout en accompagnant son lancement par des offres technologiques et tarifaires appropriées

Les propos ont été recueillis en sérère. Basile Niane

(Source : Infotechsn, 18 novembre 2008)

[1] Traduction : Allo vous êtes ou.. Hum.. Ok j’arrive

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)