twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Tidiane Dème, Directeur Afrique francophone de Google : « La solution n’est pas simple, elle n’est pas dans une seule chose »

mercredi 24 novembre 2010

La démocratisation de l’Internet souhaitée par le Premier ministre Souleymane Ndéné Ndiaye n’est pas une chose simple. C’est l’avis de Tidiane Dème, Directeur de Google Afrique francophone, hier en marge de la cérémonie de pose de la première pierre du nouveau siège du Groupe Sonatel. « Nous voyons trois choses différentes à faire. La solution n’est pas simple, elle n’est pas dans une seule chose », a déclaré Tidiane Dème qui ajoute que « c’est tout un écosystème qu’il faut construire ».

Dans un premier temps, M. Dème souligne : « D’abord, c’est vrai qu’il y a le problème de l’accès, il y a le problème des coûts d’accès aussi bien aux équipements qu’à la connexion, et la disponibilité simple de cet accès-là ». Mais, précise-t-il, « quel que soit le prix, il faudrait aussi qu’il soit disponible partout dans le pays pour tout le monde. Mais, c’est vrai que nos prix sont relativement plus bas que d’autres pays d’Afrique, mais on n’a pas plus d’internautes que ces pays-là. On est même maintenant en retard en terme de taux de pénétration ».

Le deuxième volet du problème pour une démocratisation de l’Internet, « ce sont les contenus », selon le Directeur Afrique francophone de Google. « Tant que les gens n’auront pas une bonne raison d’aller sur Internet, tu peux mettre le coût d’accès à 100 francs, ils n’iront pas. Donc il y a un vrai problème de contenu. Si les gens ne trouvent pas sur Internet ce qu’ils cherchent, ils ne vont pas mettre l’argent dedans ».

Enfin le dernier aspect à prendre en compte et « qui est aussi important pour soutenir le premier, c’est que, pour que tout cela existe (les contenus, un accès pas cher, etc.), il faut qu’il y ait beaucoup d’entreprenariat dans le secteur, qu’il y ait beaucoup d’entreprises et qu’elles génèrent de l’argent ». Tidiane Dème de marteler : « On ne peut pas dire ‘allez mettre du contenu sur Internet’ sans que cela leur rapporte quelque chose ».

Bachir Fofana

(Source : Le Populaire, 24 novembre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)