twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Téléphonie mobile : Seulement deux pays africains dans le top dix des coûts les moins chers

lundi 18 janvier 2016

La première révélation est la progression incontestable du nombre de propriétaires de téléphone à travers le monde, soit huit personnes sur dix. Toutefois, relativise le rapport de l’Union internationale des télécommunications, le coût pour une utilisation mensuelle (appareil non compris) a varié considérablement en 2014 (période de l’enquête). En Afrique subsaharienne, l’Éthiopie et le Soudan occupent les deux dernières places du top dix mondial.

Dans ce classement, le pays le moins cher est le Sri lanka, avec moins d’un dollar américain USD (0,97) estimé comme coût pour une utilisation mensuelle d’un téléphone. En ordre croissant, il y a le Bengladesh (1,42), l’Iran (2,01), le Pakistan (2,12), le Népal (2,49), l’Inde (2,80), le Bhoutan (2,95), la Mongolie (3,16). Quant à l’Éthiopie et au Soudan, les coûts dans ces deux pays sont estimés, respectivement, à 3,28 et 3,33.

Par ailleurs, parmi les plus chers, il y a la France, l’Irlande, les Pays-Bas et Tuvalu, avec plus de 40 dollars américains de coût mensuel. Dans la fourchette comprise entre 35 et 40, il faut citer Israël, les États-Unis d’Amérique, la Suisse, Andorre et l’Espagne. Enfin, la Belgique a un coût situé à 34,14 dollars américains.

Cette variation considérable des coûts ne peut éluder le chemin parcouru dans le développement de la téléphonie mobile. Le cas de la RDC mérite une attention particulière. En effet, l’on estime le nombre d’abonnés actifs en 2011 à plus de 11 millions (source ARPTC, organe de régulation). L’on comprend dès lors que les banques cherchent à faire des opérateurs de téléphonie mobiles des partenaires stratégiques dans le cadre du développement du mobile banking. Mais le taux de pénétration globale reste très décevante, à peine 17% sur une population totale estimée à 70 millions d’habitants. Selon un analyste, il faut mettre en oeuvre des gros moyens pour assurer une meilleure couverture nationale car les millions d’abonnnés actifs sont implantés dans la totalité des chefs lieux de provinces ainsi que les principaux centres de production. Et le délabrement des infrastructures routières ainsi que l’utilisation systématique des générateurs rendent les coûts de déploiement et d’exploitation en RDC plus élevés et donc se répercutent finalement sur le prix de la téléphonie mobile.

À travers l’Afrique, l’on observe un mouvement très encourageant. Un pays comme Maurice affiche un indice de développement des technologies de l’information et de la communication (IDI) supérieur à la moyenne mondiale. C’est le seul d’ailleurs. Pour les Seychelles, la République Sud-Africaine et le Cabo Verde, leur indice IDI est supérieur à la moyenne des pays en développement. En dehors de ces cas précités, la région d’Afrique subsaharienne accuse encore un certain retard. De ce fait, il est impératif de ne ménager aucun effort pour continuer à réduire la fracture numérique entre l’Afrique et les autres régions du monde.

Laurent Essolomwa

(Source : Les Dépêches de Brazzaville, 18 janvier 2016)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 965 676 abonnés Internet

  • 8 679 507 abonnés 2G+3G (96,81%)
  • 161 625 clés Internet (1,80%)
  • 106 126 abonnés ADSL (1,18%)
  • 18 418 abonnés bas débit (0,21%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 30 juin 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 658 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,96%

(ARTP, 30 juin 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 436 809 abonnés
- Taux de pénétration : 104, 30%

(ARTP, 30 juin 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)