twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Téléphonie en Afrique de l’Ouest : La phase expérimentale du roaming gratuit annoncée pour octobre 2016

mercredi 13 juillet 2016

L’Afrique de l’Ouest veut être en mode free roaming. L’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (Artao) a annoncé hier la phase expérimentale du projet pour octobre prochain.

L’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (Artao) tient un atelier depuis hier à Dakar sur le roaming gratuit en Afrique de l’Ouest. A l’issue de ces travaux qui vont finir demain, les régulateurs de l’espace Cedeao élaboreront une feuille de route qui inspirera des réformes politiques au niveau communautaire et national au bénéfice de toute la collectivité ouest africaine. L’enjeu, explique le directeur général de l’Artp, est d’accompagner l’évolution vertigineuse du secteur des télécommunications. Abdou Karim Sall ajoute que le roaming gratuit, dont la phase expérimentale est prévue en octobre prochain, consiste à faire en sorte que la libre circulation des personnes et des biens soit appliquée au niveau des télécommunications en créant un seul réseau qui permet à un citoyen dans la zone communautaire de se déplacer avec son téléphone sans pour autant payer des frais supplémentaires de roaming. En effet, le roaming ou itinérance désigne la possibilité des abonnés d’un opérateur de réseau mobile à utiliser les services de téléphonie mobile (voix ou données) de différents réseaux au fur et à mesure de leurs déplacements. Cette fonctionnalité est utile chaque fois qu’un client est hors de portée du réseau de son opérateur. C’est notamment le cas lors d’un déplacement dans un pays étranger, mais aussi quand les infrastructures d’un opérateur ne couvrent pas totalement le territoire national. Aujourd’hui, les régulateurs et les experts s’activent pour permettre à la communauté ouest africaine de se déplacer librement sans pour autant faire face à une charge supplémentaire dans le domaine de l’utilisation des télécommunications.

Cette volonté de mettre en place un seul réseau africain relève de la décision des chefs d’Etat. A terme, les acteurs doivent arriver à mettre en place un seul réseau comme c’est le cas en Afrique de l’Est. Les discussions sont déjà en cours dans les pays membres avec les opérateurs de téléphonie mobile locaux pour mettre en place ce chantier important pour les consommateurs.

Au niveau local, le Dg de l’Artp indique que l’Etat a déjà lancé le processus en réunissant l’ensemble des opérateurs qui ont manifesté un signe d’adhésion. Aussi, affirme M. Sall, les échanges sont en cours sur le plan bilatéral pour permettre d’harmoniser les positions.

Le roaming très exorbitant

« La surtaxe de l’itinérance est très élevée et les consommateurs ont du mal à la supporter », selon le secrétaire exécutif de l’Artao, El Hadji Maman Laminou. A cette rencontre de Dakar, les régulateurs chercheront les voies et moyens d’exalter les consommateurs de ces surtaxes.

Au-delà de la question budgétaire, le roaming gratuit règle un problème de sécurité en ce sens qu’il réduirait le phénomène des multi-sim auquel font recours les consommateurs pour déjouer les tarifs exorbitants des opérateurs téléphoniques. « Une fois qu’on aura mis en place ce système, les gens n’auront pas besoin de changer de sim lorsqu’ils traversent une frontière. Par conséquent, le suivi sur le plan sécuritaire sera beaucoup plus simple », espère M. Lami­nou.

La phase expérimentale du roaming gratuit est prévue en octobre prochain pour l’évaluer trois mois plus tard. Mais pour le moment, les pays de la Cedeao sont invités à mettre en place les mesures d’accompagnement du projet. « En janvier 2017, on pourra mettre définitivement un système de One network Africa, au grand bonheur des consommateurs ouest africains et assurer la libre circulation des biens et des personnes », annonce le secrétaire exécutif de l’Artao qui déplore les taux exorbitants de taxes de roaming. A en croire M. Laminou, les factures de roaming vont de 50 à 200%.

K. Sonko

(Source : Le Quotidien, 13 juillet 2016)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)