twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécoms : La bataille pour la portabilité lancée au Sénégal

mercredi 19 septembre 2012

Les autorités en charge des télécommunications au Sénégal doivent exiger des opérateurs la « portabilité » afin de permettre, entre autres, l’accès universel aux télécommunications, a plaidé Amadou Kanouté le Directeur exécutif de Institut panafricain pour la citoyenneté, les consommateurs et le développement (Cicodev, Africa) basé à Dakar.

La portabilité est une pratique consistant à offrir au consommateur la possibilité de changer d’opérateur de téléphone tout en conservant son numéro de téléphone mobile.

Ainsi l’usager « ne sent plus prisonnier d’un seul opérateur à cause de son numéro de téléphone qui est comme une carte d’identité pour lui et par lequel il est connu de tous ses correspondants », a expliqué M. Kanouté dans un entretien à Ouestafnews.

Depuis le 7 septembre 2012, Cicodev mène une campagne pour l’adoption de ce mécanisme au Sénégal car « il nous faut impulser beaucoup plus de concurrence dans le secteur de la téléphonie mobile », selon ses responsables.

Sur la base d’une pré-enquête menée au Sénégal, Cicodev souligne que la portabilité va permettre aux consommateurs d’avoir un meilleur captage des avantages de la concurrence. Afin de bénéficier de l’offre des différents opérateurs, les usagers sont pour la plupart contraints à l’achat de plusieurs puces ou de téléphones double puces.

En plus de la flexibilité qu’elle procure, la portabilité offre de nombreux avantages notamment « des prix plus bas, une meilleure qualité de services, une accessibilité accrue des consommateurs à la téléphonie et un maillage plus dense et plus profond du pays », selon la pré-enquête de Cicodev.

Ce mécanisme bien que prévu par l’article 87 du code des télécommunication au Sénégal, reste assez méconnu des usagers, il est actuellement appliqué dans des pays ouest africains comme le Ghana et le Nigéria ou encore au Kenya en Afrique de l’est.

Le Sénégal dispose de trois opérateurs de téléphonie mobile, Orange, filiale de France Télécom, Tigo, du luxembourgeois Millicom et le dernier venu, le Soudanais, Sudatel. Malgré la concurrence, les griefs de l’opinion porte toujours sur la cherté des prix et la mauvaise qualité du service, surtout chez « Orange » qui domine largement le marché.

(Source : Ouestaf News, 19 septembre 2012)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)