twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Télécommunications : La Sonatel dans le collimateur des opérateurs de terminaison d’appels

samedi 23 novembre 2002

Les opérateurs privés de terminaison d’appels, regroupés en collectif, ont donné hier un point de presse pour dénoncer certaines pratiques de la Sonatel qu’ils jugent déloyales. Ils lui reprochent de pratiquer une politique commerciale discriminatoire envers les opérateurs sénégalais et d’exiger le paiement de factures erronées.

"Il existe une dizaine d’opérateurs privés de terminaison d’appels au Sénégal, explique Abdoulaye Diagne, directeur général d’Infocom International et membre du Collectif des opérateurs privés de terminaison d’appels (Copta). Aujourd’hui, du fait de certaines pratiques de la Sonatel, aucun ne fonctionne".

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication ont permis de modifier radicalement les pratiques de télécommunications internationales. Les avancées dans ce domaine offrent dorénavant la possibilité de téléphoner de l’étranger en passant par Internet, ce qui réduit considérablement les coûts. Désormais, le protocole Internet (IP) peut être utilisé pour, non seulement transmettre des données, mais également des paquets contenant des appels d’une destination à une autre (locale, nationale ou internationale).

A titre d’exemple, une ligne louée de 512 kbits/s peut véhiculer jusqu’à 50 communications simultanées selon les algorithmes de compressions utilisés. L’intérêt réside dans le coût. L’acheminement par l’IP est gratuit. Le coût de l’appel est donc quasiment équivalent à celui d’un appel local. La Sonatel, qui dispose du monopole de la boucle locale, réglemente les appels internationaux passant par la voie sur IP. Le Copta s’élève contre certaines pratiques commerciales de la Sonatel qu’il qualifie de déloyales. Il souhaite également avertir l’opinion sur les erreurs de facturation que ses membres endurent en leur défaveur.

"Nous subissons un traitement discriminatoire dans la fixation des prix de la minute de la terminaison d’appels", explique M. Lamine Sèye du collectif. Selon lui, la minute appliquée à la téléphonie fixe est vendue 30% plus cher aux opérateurs sénégalais par rapport aux opérateurs étrangers. "Sur les cellulaires, la minute est tellement élevée qu’on ne peut faire des offres", ajoute-t-il.

Enfin, la bande passante serait vendue 35% moins cher aux opérateurs étrangers tel Itxc, gros opérateur américain hébergé par la Sonatel et qui ramasse beaucoup de trafic. Le collectif s’insurge donc contre le système de gestion de "deux poids, deux mesures" appliquées par la Sonatel en fonction des origines de l’opérateur et, cela, pour le même produit et le même marché. D’autant plus, complète un membre du Copta, que c’est la Sonatel qui héberge les opérateurs internationaux qui n’ont donc pas à supporter les coûts et les taxes d’une installation physique.

En ce qui concerne la facturation, les opérateurs de terminaison d’appels ont, pour la plupart, relevé de graves anomalies n’allant pas dans leurs intérêts. Ces erreurs ont été signalées à la Sonatel. "Nous sommes de bonne volonté, nous sommes prêts à payer. Mais, avant de payer une facture, il faut qu’elle soit conforme", martèle M. Diagne. Avant d’ajouter : "nous demandons à la Sonatel de faire des séances de rapprochement et elle nous rétorque de payer d’abord et de réfléchir ensuite !".

Les membres du Copta ne comprennent pas la réaction de la Sonatel. Ils affirment qu’il y a de la place pour tout le monde dans ce marché et que les infrastructures de la société de télécommunications ne permettent pas de supporter tous les appels entrants. "Quand nous nous sommes engagés sur le marché, nous croyions en la bonne foi de la Sonatel, affirme M. Diagne. Nous ne pouvions envisager qu’elle ferait payer moins cher aux opérateurs étrangers. La Sonatel a l’attitude d’une société en situation de monopole. Elle affirme ainsi sa volonté de nous nuire, sans aucune raison valable".

Selon les membres du Copta, des contacts ont été noués avec les autorités et l’Agence de régulation des télécommunications (Art) pour les amener à se pencher sur leur cas.

VINCENT JOGUET

(Source : Le Soleil 23 novembre 20002)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)