twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Technologies émergentes : nouvelles opportunités de revenus pour les Telcos africains

lundi 11 décembre 2017

Bien que les plus grands opérateurs de télécommunications en Afrique affichent généralement une croissance de leurs bases de clientèle, il est de notoriété publique que la croissance des revenus s’est quelque peu ralentie à seulement 1% par rapport à l’année précédente. Cela signifie que, malgré l’augmentation du nombre de clients, le montant que chacun de ces clients dépense est en baisse. Dans la foulée de la transformation numérique des économies, il est raisonnable de supposer que les modèles traditionnels de revenus de la voix, des SMS et des données s’érodent et pourraient bientôt devenir insignifiants. Grâce à une combinaison de technologies évolutives, d’interventions réglementaires, de niveaux de sophistication et de discernement croissants parmi les consommateurs, au bouleversement engendré par le Wi-Fi public gratuit ou peu onéreux et les relais OTT tels que WhatsApp, les revenus liés aux télécommunications traditionnelles subissent une réelle menace.

WhatsApp et ses plus de 900 millions d’utilisateurs actifs à travers le monde, tire parti de l’infrastructure des télécommunications pour envoyer pas moins de 30 milliards de messages par jour, et ce, gratuitement ! Le réseau de fibre optique de Google aux États-Unis permet un mode de vie connecté en permanence, tandis que le chinois WeChat connecte ses 600 millions d’abonnés à la messagerie instantanée, de même qu’il s’est imposé comme une plate-forme numérique fournissant des services allant des mises à jour en temps réel aux paiements mobiles.

Ces acteurs OTT ont créé des bases de clients fidèles car ils fournissent des services utiles à faible coût, tout en tirant parti de l’infrastructure développée par les Telcos. Ainsi, avec le ralentissement de la croissance des revenus, les compagnies de télécommunications investissent-elles dans leurs propres applications et produits OTT pour commencer à récupérer une partie des revenus et des fonds propres de marque ciblés par WhatsApp ?

Je dirais qu’une voie bien meilleure vers le succès continu et la croissance de l’industrie des télécommunications africaines n’est pas de regarder en arrière les opportunités manquées, mais plutôt de regarder vers l’avant les technologies émergentes qui façonneront le paysage des affaires et des consommateurs à travers le continent africain. Et il n’y a pas d’opportunité émergente plus grande ou meilleure que l’Internet des Objets.

Un marché potentiel de 60 billions de dollars

L’Internet des Objets qui devrait connecter entre eux quelque 50 milliards d’objets à l’horizon 2020, est destiné à devenir l’une des innovations technologiques les plus importantes de l’histoire. General Electric estime que l’investissement dans l’Internet Industriel des Objets atteindra 60 billions de dollars américains au cours des 15 prochaines années, tandis que McKinsey prévoit que le marché de l’Internet des Objets atteindra un taux de croissance annuel composé de 32,6% d’ici 2020.

Au cours des prochaines décennies, les capteurs vont envahir tous les aspects de nos vies. À l’ère du « tout-hyperconnecté », des capteurs équiperont littéralement tout – des voitures aux machines en passant par l’élevage et les cultures. Dans le cadre d’une collaboration récente entre Bosch et SAP, l’IdO a été mis en place pour surveiller les opérations de culture des asperges afin d’en améliorer le rendement, tout en fournissant aux agriculteurs des informations clés basées sur des données précises qui les rendent plus rentables.

Les possibilités sont donc infinies : par exemple, un réfrigérateur fourni par un vendeur de boissons rafraîchissantes dans le but de stocker lui produit peut être surveillé à distance pour s’assurer qu’il est en train de stocker les produits prévus et fournir au vendeur des informations en temps réel sur les produits les plus populaires tout en l’alertant, de manière automatique, lorsque les stocks sont bas. Tout cela nécessite de la connectivité et, au niveau de la surface, l’IdO constitue une opportunité de revenu en or pour les opérateurs de télécommunications. Avec autant de « choses » (ou « d’objets ») à connecter, il est logique que les Telcos fournissent la connectivité de base.

Cependant, l’IdO fonctionne sur la connectivité à bande étroite, ce qui signifie qu’il peut fonctionner sans utiliser l’infrastructure des télécommunications. Il ne suffit pas que les compagnies de télécommunications fournissent simplement l’infrastructure. Pour que l’IdO puisse profiter à ces compagnies, ces dernières doivent développer un cadre d’innovation complet pour tirer parti des opportunités émergentes et créer de nouvelles formes de valeur.

Les blocs de construction d’un modèle de télécommunications réinventé

Pour répondre aux exigences d’un environnement commercial et technologique en évolution rapide, de nombreux opérateurs télécoms ont renforcé leurs capacités numériques en nommant des Chief Digital Officers (ou des Directeurs des Systèmes Numériques). Il y a cependant un risque inhérent à cette situation : si une personne ou un secteur d’activité seul focalise la prérogative de gérer et de stimuler l’innovation, il est peu probable que l’entreprise de télécommunications tire pleinement parti d’un programme d’innovation. Les PDG devraient encourager une culture d’innovation en permettant à tous les employés de contribuer au processus, en faisant remonter les commentaires de toutes les équipes opérationnelles et de l’entreprise pour limiter une réflexion cloisonnée et éliminer la ségrégation interne.

Afin de conduire un processus d’innovation efficace, les compagnies de télécommunications devraient veiller en particulier à la mise en œuvre de quatre composantes clés, à savoir :

  • 1) une stratégie d’innovation qui mette en évidence la volonté de l’opérateur télécom de tirer parti des technologies émergentes telles que l’IdO ;
  • 2) une compréhension des modèles d’affaires qui appuierait au mieux les objectifs et l’approche des affaires de leurs clients ;
  • 3) un système précis et centralisé d’archives ; et
  • 4) une équipe d’experts qui assureraient que tous les composants du moteur d’innovation fonctionnent ensemble de manière harmonieuse et efficace.

Illustrons à l’aide d’un exemple : Econet au Zimbabwe travaille avec les entreprises de camionnage en tirant parti de l’IdO pour collecter des informations destinées aux compagnies d’assurance. Un nouveau modèle opérationnel dans ce contexte pourrait inclure un partenariat avec le gouvernement zimbabwéen pour alimenter ce dernier en données relatives aux conditions routières et l’informer des problèmes de la route ou encore d’assurer la maintenance adéquate de l’infrastructure.

Le risque inhérent à la mentalité de la « débrouille »

Les compagnies de télécommunications ont toujours excellé dans le partenariat avec les fournisseurs de combinés et certains acteurs dits OTT. Néanmoins, il existe une tendance occasionnelle indéniable à adopter une approche trop ambitieuse. Dans le contexte des technologies émergentes telles que l’IdO, le partenariat stratégique est un élément clé du succès. Un opérateur de télécommunications ne doit pas être un fabricant de capteurs pour bénéficier de l’IdO. Des partenariats stratégiques avec des géants comme Huawei et Samsung auraient plus de sens. Il y a une niche, un ensemble d’acteurs agiles qui sont en concurrence avec ces acteurs déjà établis dans le secteur des capteurs. Le monde de l’informatique est maintenant transformé en un phénomène dit de Sense-Compute-Actuate (capter-calculer-commander). Dans ce contexte, les opérateurs devraient se concentrer sur leur plus grand atout, les données, tout en nouant des partenariats stratégiques avec les leaders du matériel informatique et des logiciels pour accélérer le rythme de l’innovation.

En analysant efficacement les données des clients, les compagnies de télécommunications peuvent aider à développer de nouveaux modèles d’affaires adaptés aux besoins de l’environnement commercial moderne. Des entreprises telles que GE Healthcare offrent un aperçu des possibilités : pour chaque machine connectée dans un hôpital rural, GE Healthcare fournit à la gestion hospitalière une connectivité et des données sur l’occupation des lits, les tendances quotidiennes d’utilisation, ce qui permet de donner à l’hôpital des données vitales quant à ses opérations et de créer des opportunités pour une plus grande efficacité.

Les opérateurs de télécommunications devraient également travailler avec des acteurs du logiciel – et c’est là que SAP apporte une immense valeur. Les éditeurs de logiciels ont déjà investi massivement dans des solutions pratiques et éprouvées pour collecter, analyser et traiter d’énormes volumes de données. Ils peuvent être considérés comme des co-innovateurs naturels dans des opportunités conduisant à de nouveaux modèles d’entreprise ou à de nouvelles sources de revenus. L’analyse de SAP montre que près de 76% des transactions mondiales touchent nos propres systèmes logiciels déployés par des clients dans le monde. Nous voyons l’ère de la numérisation nous offrir de nouvelles opportunités pour concrétiser notre vision qui est de rendre le monde meilleur et plus simple.

Cependant, il est essentiel que les opérateurs de télécommunications évoluent rapidement : les grandes entreprises technologiques mondiales telles que Google, Facebook et Microsoft investissent toutes dans des nouvelles solutions de connectivité pour les marchés émergents. Si ces solutions fonctionnent, les opérateurs de télécommunications deviendront encore moins essentiels au succès de ces entreprises ou aux besoins de leurs clients. Si les compagnies de télécommunications n’investissent pas dans la recherche de moyens novateurs pour soutenir ces entreprises, ces dernières le feront tout simplement elles-mêmes. Le coût d’opportunité pourrait atteindre des billions de dollars.

Tandis que les opérateurs africains ont été aidés par la lenteur de l’adoption des smartphones sur le continent, cela devrait changer car les smartphones à bas prix imprègnent le marché. La disponibilité des technologies exponentielles, l’augmentation des niveaux de sophistication des clients et la disponibilité croissante des options de connectivité large bande et des options alternatives exercent toutes des pressions sur les revenus des Telcos. Après 20 ans de conditions commerciales relativement gérables, les opérateurs de télécommunications font face à un environnement commercial beaucoup plus compétitif et déstabilisant.

À l’heure actuelle, les entreprises de télécommunications ont le luxe d’investir dans l’innovation et de réinventer leurs modèles d’affaires. La première ruée vers l’or est terminée. Mais il y a plus de gisements d’or – de l’IdO aux services liés au style de vie et bien plus – offrant des opportunités de revenus bien plus importants que jamais auparavant. Il est essentiel que ces compagnies tiennent compte des signes avant-coureurs et qu’elles trouvent de nouvelles façons de créer de la valeur pour les entreprises et les consommateurs.

Mariam Abdullahi, Directrice du Segment Telco/Télécommunications, chez SAP Afrique

(Source : CIO Mag, 11 décembre 2017)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)