twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

TIC : quand les jeunes sont au cœur de l’innovation

vendredi 30 novembre 2012

BarCamp, TechCamp, Startup Weekend, Mobile Monday, Dakar 2.0, journée du logiciel libre (Software Freedom Day), Mobile Innovations, Africa Content Initiative, etc., depuis quelques années les initiatives visant à réunir les développeurs d’applications, les créateurs de contenus numériques, les entrepreneurs et au-delà tous ceux, spécialistes ou non, qui s’intéressent au développement de la société de l’information au Sénégal, en Afrique et dans le monde ne cessent de se multiplier. Elle est bien loin l’époque héroïque où le chapitre sénégalais d’Internet Society (ISOC-Sénégal) et OSIRIS, appuyés par quelques rares partenaires publics et privés organisaient difficilement la Fête de l’Internet dont la première édition vit le jour au Sénégal en 1999. A l’époque, il y avait plus de spectateurs que d’acteurs et les présentations, les démonstrations et les conférences l’emportaient sur les ateliers où les uns et les autres pouvaient montrer leur savoir-faire. La dernière édition de la Fête de l’Internet remonte à 2004 et sa non-organisation depuis cette date, loin de constituer un échec, symbolise bien au contraire l’atteinte de l’objectif à savoir la vulgarisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) et leur banalisation dans la société sénégalaise. En effet, aujourd’hui, il n’est plus guère nécessaire d’organiser cette activité-phare, qui était bien isolée pour ne pas dire esseulée dans l’année malgré son grand succès populaire, puisque sourdent de partout des initiatives prises à la base par une multitude d’acteurs et non plus par une poignée d’activistes adeptes de l’évangélisation numérique. Il faut dire qu’entre temps les utilisateurs des TIC sont passés du stade du groupuscule au parti de masse pour reprendre une métaphore du champ politique. Paradoxalement, même si Internet reste le point de ralliement vers lequel tout le monde converge, ce n’est pas le monde de l’informatique et des réseaux, entendu au sens classique, qui sont à la base de ce formidable développement mais plutôt un outsider sur lequel bien peu de gens auraient parié il y a plus d’une décennie de cela, à savoir la téléphonie mobile. Le lancement de la 3G, d’abord par Expresso en 2010 puis par la Sonatel en 2011 suite aux tests menés en 2008 à l’occasion de la tenue à Dakar du sommet de l’Organisation de la conférence islamique (OCI), a entrainé un développement spectaculaire de l’internet mobile comme moyen d’accès au Net et principalement aux réseaux sociaux. Que l’on en juge, le parc d’abonnés à l’Internet mobile est passé de 16,2% des abonnés à Internet en mars 2011 à 59,5% en mars 2012. Cela étant, les Sénégalais et les Sénégalaises ne se sont pas contentés d’aller à la rencontre des TIC comme de simples consommateurs puisque l’on a vu, au fil des ans, apparaitre un nombre croissant de développeurs, de créateurs, d’innovateurs, les uns fonctionnant comme de simples geeks et les autres comme de jeunes d’entrepreneurs opérant le plus souvent dans le cadre de très petites entreprises (TPE) voire d’entreprises unipersonnelles. Il s’en est suivi un formidable élan créatif, notamment en matière d’applications utilisables à partir de téléphones mobiles, qui ont valu à nombre de jeunes sénégalais d’être primés à l’occasion de compétitions se déroulant à l’échelle de l’Afrique de l’ouest, du continent africain voire du monde. Ils contribuent ainsi au développement d’un écosystème favorable à la naissance d’une économie numérique que beaucoup appellent de tous leurs vœux mais qui peine à émerger. Cette dynamique est encouragée par des structures telles le CTIC, incubateur d’entreprises TIC, Jokkolabs, espace de coworking, la villa ACT, Mobile Sénégal, etc., qui constituent autant de plateformes favorisant la formation, l’échange d’expériences, la concrétisation de projets et finalement l’innovation. Si l’on considère le fait que dans le monde des TIC, l’innovation est fréquemment une affaire individuelle, comme le montre le parcours de nombre de grands noms du domaine, de Steve Jobs à Mark Zuckerberg, il n’est pas interdit de rêver que demain, un jeune Sénégalais ou une jeune Sénégalaise, et plus globalement un jeune africain ou une jeune africaine, sera à l’origine de la « killer application » qui, non seulement, sera utilisée par des millions d’utilisateurs à travers le monde mais lui permettra d’être milliardaire en dollars, en euros ou en…yuans, de créer des emplois et surtout d’être un modèle pour une jeunesse africaine qui aura soif de conquérir le monde plutôt que de fuir le continent.

Olivier Sagna
Secrétaire général

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 251 251 251 236 236 236 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)