twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

"TIC" et développement territorial : Les domaines d’application passés au crible

lundi 25 avril 2005

L’application des Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) sur le développement territorial a fait l’objet d’un colloque international de deux jours. Celui-ci a eu lieu à Dakar, dans les locaux de l’École Nationale d’Économie Appliquée (ÉNÉA) les 20 et 21 avril derniers.

C’est une initiative du département Aménagement du Territoire, Environnement et Gestion Urbaine (ATEGU) de l’ÉNÉA, en partenariat avec l’Université de Toulouse-Le Mirail en France. Si une telle initiative a pu se concrétiser, c’est parce que les organisateurs se sont rendu compte de l’importance des TIC dans presque tous les secteurs de la vie.

C’est pourquoi ce colloque a voulu susciter des réflexions sur l’appropriation et l’impact des TIC sur les organisations de la Société civile. Durant deux jours, les participants ont aussi eu à diagnostiquer l’ensemble des techniques qui permettent de numériser et valoriser les systèmes d’information dans le domaine du développement territorial. Il s’est également agi pour eux de voir si les TIC sont en mesure de faciliter la naissance de nouvelles dynamiques qui vont réduire ou accélérer certaines fractures.

Les différents débats ont aussi permis de cerner la reconfiguration spatiale des territoires dans un contexte où “ nous ne sommes plus dans les mêmes limites ni dans les mêmes modes de fonctionnement ”, explique le Pr Jean-Jacques Guibert de l’Université de Toulouse.

Toutefois, les participants ont souligné le caractère paradoxal de la relation qui existe entre TIC et territoire. En le faisant, ils mettent en évidence “ la dialectique entre logiques d’appropriation et logiques de dé-territorialisation”. Car, pour eux, même si les TIC permettent l’accès à la mondialisation, il est intéressant de savoir comment combiner ces deux forces apparemment contradictoires. Et c’est bien pour cela que cette bataille autour des TIC est aussi celle de l’appropriation des contenus et de la maîtrise des pratiques. Dans un tel contexte, avertit Philippe Le Corre, maître de Conférence à l’université de Toulouse, les TIC doivent aider à s’interroger sur le statut de la technique et sur les mythes qu’elles véhiculent. En tout cas, pour ce qui est du Sénégal, les TIC peuvent bien être des outils de construction de nouvelles identités, rassure Jean-Jacques Guibert.

ABDOULIE JOHN

(Source : Le Soleil, 25 avril 2005)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)