twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Systèmes d’information géographique participatifs : Un atelier de partage d’expériences à l’Ugb

vendredi 15 octobre 2010

Un atelier sur les systèmes d’information géographique participatifs dans la gestion des ressources naturelles et la sécurité alimentaire en Afrique, organisé par le Groupe d’études et de recherches genre et sociétés (Gestes) de l’université Gaston Berger, a regroupé hier divers experts du monde universitaire (Ucad, Ugb, CIRAD), des structures d’accompagnement (Saed, Projet de développement agricole de Matam, Projet d’appui au développement rural en Casamance), des conseillers ruraux et des représentantes des groupements féminins de Mbane.

Selon Alpha Bâ, membre du Gestes, cet atelier, qui s’inscrit dans une dynamique de recherche sur la problématique foncière entamée depuis deux ans par le Gestes sous la direction du professeur Mme Fatou Diop Sall, a été un cadre de réflexion sur les expériences déjà capitalisées au Sénégal sur les systèmes d’information géographique (Sig). Ce séminaire, a-t-il rappelé, est organisé dans le cadre du projet Ictad financé par le Crdi, coordonné à la base par Enda/Lead et se déroule dans 6 pays africains. Le Gestes qui pilote ce projet au Sénégal, réfléchit sur la mise en place d’un Sig dans la communauté rurale de Mbane, comme outil d’aide à la décision dans une perspective d’autosuffisance alimentaire. Selon le professeur Daha Dieng, qui a ouvert cet atelier, un Sig, c’est d’abord un outil malheureusement souvent réduit à une cartographie.

Par indulgence, a-t-il précisé, cela peut se comprendre, puisque l’une des finalités de l’outil est de produire un document cartographique pour mieux aider à décider, même s’il est l’aboutissement de traitements souvent complexes, et l’utilisation d’éléments, d’instruments, de logiciels faisant appel à des compétences et spécialités très diversifiées (la géodésie, la topographie, la cartographie, les bases de données, l’informatique). Après cet atelier, a souligné le professeur Dieng, une synthèse permettra de choisir la formule la meilleure pour la mise en place d’un Sig ayant comme thématique principale, la gestion des ressources naturelles et avec comme entrées, la sécurisation foncière et la sécurité alimentaire.

Mbagnick Kharachi Diagne

(Source : Le Soleil, 14 octobre 2010)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)