twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

#Startup Sénégal : Cauriolis veut réinventer le jeu vidéo en lui donnant un sens Africain

mercredi 16 juillet 2014

Cauriolis, c’est d’abord la startup qui a terminé au haut du podium lors du TEKKI 48 qui s’est déroulé le mois dernier à Dakar. C’est aussi l’une des premières startups d’Afrique Francophone à s’attaquer de front à l’un des secteurs les plus prometteurs – en encore totalement vierge : celui des jeux vidéos. Et à fortiori des contenus vidéoludiques 100% africains. Car le marché du Gaming pèse déjà 180 millions d’US$ au Nigeria, et près de 163 millions en Afrique du Sud. En Afrique francophone, si les choses évoluent plus lentement, le potentiel est déjà là : basé à Yaoundé, au Cameroun, Kiro’o games, premier studio spécialisé dans la production de jeux vidéos en Afrique centrale est en train de mener – avec succès – une levée de fonds participative qui a déjà dépassé les 100 000 euros. Un chemin à suivre pour d’autres futures pépites francophones souhaitant s’appuyer sur la richesse historique et culturelle du continent africain pour produire des contenus de qualité, destiné aux marchés nationaux mais aussi internationaux avec – comme segment de clientèle privilégiée – les importantes communauté de diasporas africaines ?

Rencontre aujourd’hui avec Cauriolis et sa fondatrice, Seynabou Sylla, qui nous parle de l’histoire de la startup, de son avenir aussi. Et de l’avenir de l’industrie du gaming en Afrique Francophone.

Hello Seynabou ! Peux tu nous présenter ta startup Cauriolis ?

Cauriolis est un studio de création de jeux video africain. En 2011, j’avais lancé un groupe de fans de jeux sur Facebook. Au cours des discussions, c’est le même sentiment qui revenait à chaque fois : nous, jeunes Gamers africains, ne trouvons pas de jeux qui nous ressemblent vraiment, des jeux qui reflètent notre histoire, notre vécu quotidien, notre culture, nos traditions etc. Nous ne faisons que consommer des jeux qui nous viennent d’ailleurs .Alors j’ai demandé dans le groupe si les gens voulaient vraiment voir ce type de jeux. Ils étaient unanimes là dessus. Nous voulons avoir des jeux qui nous ressemblent !

C’est comme ça qu’est né Cauriolis. Au cours des année, nous avons appris à nous structurer pour devenir l’équipe que nous sommes aujourd’hui.

Avez vous déja des prototypes de jeux vidéos ? Quels sont vos projets actuels ?

On s’est vite dit : pourquoi pas utiliser les jeux videos pour faire connaitre l’Afrique, sa culture et ses richesses ? Nous avons tellement de choses à faire découvrir ou redécouvrir au monde entier. C’est de là qu’est né l’idée du projet Mansah.

Le projet Mansah c’est quoi ?

C’est une série de jeux videos mettant en scène des héros de l’histoire africaine comme Soundjata Keita, Lat Dior Diop, Sonni Ali Ber…. et d’illustres heroines comme Princesse Yennenga, Kimpa Vita ou encore Aline Sitoe Diatta.

L’avantage de ces jeux c’est que le joueur incarne l’histoire du héros et donc s’approprie cette histoire africaine, encore trop méconnue ! Il y a aussi d’autres types de jeux qui montre par exemple l’Afrique au quotidien. Par Exemple, Rap’s Rush, qui est en cours de developpement, est un jeu qui nous fait découvrir de façon ludique les transports en commun comme le Car Rapide (transport en commun très connu en Afrique de l’Ouest et même a Haiti ou en Jamaïque).

Il y a aussi des jeux qui permettent d’apprendre la cuisine africaine de manière amusante. La culture africaine est vraiment au centre de tous nos jeux.

Comment peut on se procurer vos produits ?

Ces jeux seront disponibles sur plusieurs plateformes : Desktop, Web, Mobile etc… On pourra les télécharger directement sur le site de Cauriolis, acheter les CD et DVD. Pour l’instant, la plateforme n’est pas encore ouverte, mais le sera d’ici Noël 2014.

Quelles sont les prochaines étapes ? Ainsi que vos besoins ? Un message à faire passer ?

Sur le moyen et long terme, nous avons pour ambition de créer la première console de jeu africaine ! L’ Afrique regorge de jeunes électroniciens, développeurs, designers… qui n’attendent que de pouvoir exprimer leur talent et leur savoir faire. Ce projet va leur donner cet occasion.

Nous avons malheureusement pris beaucoup de retard dans le développement de notre plateforme de jeux principalement parce que nous rencontrons actuellement plusieurs probleme :

- Nous n’avons pas de local : nous nous rencontrons toujours dans des endroits différents, ou à travers des conférence Skype.
- Nous ne disposons pas toujours du bon matériel : chaque membre travaille selon ses propres moyens, par exemple nos graphistes ont également besoin d’outils comme des tablettes graphiques ou des tables de dessin pour être plus performant.
- Nous avons également besoin d’avoir accès aux archives de l’histoire africaine pour nos recherches afin d’être plus précis dans les restitutions.

Mais étant une équipe principalement composée de jeunes personnes, nous sommes totalement ouvert au mentoring pour être guidé et formé par des entrepreneurs et coachs expérimenté ! Nous sommes preneurs de tous conseils.

(Source : TechAfrique, 16 juillet 2014)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)