twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Soustraction de la Présidence du Code des marchés : Elle peut même « remettre en cause les financements du Mca », selon Mouhamadou Mbodj du Forum civil

lundi 20 septembre 2010

La soustraction des marchés de la Présidence du Code des marchés publics comporte des risques « d’affaiblissement du Code » pouvant même entraîner « la remise en cause du financement du Mca ». C’est l’opinion de Mouhamadou Mbodj, Coordonnateur du Forum civil.

La volonté étatique de soustraire les marchés de la Présidence du contrôle du Code des marchés publics n’est pas du goût de Mouhamadou Mbodj. Le responsable du Forum civil avertit que « cela peut remettre en cause les financements du Mca ». « Car, explique-t-il, tout le monde s’enorgueillit de cette réforme du Code des marchés. Cela nous a même valu notre éligibilité au Mca. Laquelle éligibilité nous a permis d’avoir la route de Richard Toll-Matam, Vélingara-Ziguinchor ».

Pour lui, « les 270 milliards du Millenium Challenge Account valent mieux que de tenter de soustraire la Présidence des principes de transparence ». Et, poursuit le Coordonnateur du Forum civil, « remettre en cause les réalisations de ces routes, ce serait trahir les engagements ». De plus, M. Mbodj fait comprendre que dans la Constitution, « la gestion des affaires publiques est placée sous le principe de la bonne gouvernance ». Et en revanche, se désole-t-il, « cet acte » de soustraire le Palais du contrôle du Code des marchés « ne serait pas conforme au principe de bonne gouvernance compris dans la Constitution ».

Un acte anticonstitutionnel au regard du principe de la bonne gouvernance inscrit dans le Préambule de la Constitution

C’est pourquoi Mouhamadou Mbodj estime qu’au contraire, « il faut enlever même les marchés de la Présidence, les agences et les retourner aux ministères ». « Car, poursuit-il, les marchés sur les infrastructures sont potentiellement corruptogènes. C’est-à-dire qu’ils présentent des risques élevés de corruption et il faut dégager le Président de ces opérations où il y a des forts risques de corruption. Il faut le sauvegarder de tout risque ». De plus, « la plus grande réalisation de Wade reste la réforme du Code des marchés ». Et vouloir soustraire les marchés du Palais du contrôle de ce Code comporte « un danger d’affaiblissement de ce Code. Et Wade entamerait son bilan dans ce cas », alerte Mouhamadou Mbodj.

Toutes choses qui font que Mouhamadou Mbodj n’exclut rien, y compris retirer les membres de son organisation du Conseil de régulation de l’Autorité de régulation des marchés publics (Armp). « Nous allons nous concerter », a-t-il déclaré.

Par ailleurs, sur l’autre décret du chef de l’Etat qui va réduire les moyens finances de l’Armp, le responsable du Forum civil indique que sa structure va se pencher sur la question dans les prochaines heures.

Youssouf Sané

(Source : Le Populaire, 20 septembre 2010)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)