twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Silence des opérateurs sur la 4G : Mais de qui se fout-on !

mercredi 20 janvier 2016

Qu’est-ce qui ne tourne pas rond au Sénégal pour que l’Autorité de régulations des télécommunications et des postes (ARTP) et les trois opérateurs téléphoniques que sont Orange, Tigo et Expresso servent à l’Etat et au peuple sénégalais cet inexcusable flop historique venu sanctionner ce qui aurait dû être une course effrénée pour l’acquisition des droits d’exploitation de la 4G après l’appel à candidature réservé justement et uniquement qu’à ses trois concurrents ?

Au regard des chèques versés à Abidjan par MTN et Orange Côte d’Ivoire, 75 et 50 milliards respectivement, et les 40 milliards demandés au Sénégal, rien ne justifie ce qui s’est passé si ce n’est : soit une incompétence ; soit alors un mépris pour notre pays, pour l’administration de Macky Sall et pour l’ambition d’un Sénégal qui entend émarger dans le cercle des leaders ouest-africains ?

Abdou Karim Sall, patron de l’ARTP, aurait-il paié au prix fort les relations exécrables qu’on lui prête d’avoir avec les opérateurs ou aurait-t-il commis une erreur dans la conduite de cette opération en mettant, d’une part, la barre trop haut du point de vue financier et en faisant de cette opération une affaire exclusivement locale avec comme acteurs les opérateurs présents sur le marché sénégalais, d’autre part ?

Le fiasco qui a tonné très fort avec notamment la sourdine effarante des opérateurs qui n’ont pas daigné prêter la moindre attention pécuniaire à l’offre, préférant plutôt signaler qu’ils n’étaient pas intéressés, est un sérieux coup porté au label sénégalais qui se fixe des objectifs précis de développement et une émergence passant obligatoirement par l’implantation démocratique et universelle de l’intelligence artificielle sur l’ensemble de son territoire.

Il est inadmissible que la commission d’évaluation de l’appel à candidature pour l’attribution des licences et des fréquences autorisant l’utilisation des technologies mobiles 4G au Sénégal n’ai « constaté » aucune offre des trois opérateurs en dépit de l’organisation d’un appel à candidature « dans le cadre d’un marché exclusivement réservé aux trois opérateurs déjà présents au Sénégal ».

Comme il est inqualifiable qu’elle n’ait tout au plus reçu de ces mêmes opérateurs, le 17 décembre 2015, qu’une lettre « signée conjointement » signalant « leurs préoccupations sur le prix de réserves de la licence ».

Se foutrait-on de la République et d’un Etat qu’on ne procéderait autrement ? Abdou Karim Sall aura beau dire que le gouvernement prendra les mesures idoines pour faire respecter le code des marchés publics et les règles de l’Etat « face à cette démarche d’entente illicite » constituant « un manquement grave à la procédure » et visant à « forcer l’Etat à revoir sa position », que le revers demeure cinglant pour lui et indigeste, irrespectueux et inapproprié pour notre pays.

Ce d’autant que pour la même opération lancée en Côte d’Ivoire, qui compte 21 600 000 habitants dont près de 9 millions abonnés à Orange mobile, on apprend que le l’opérateur MTN a procédé au dépôt d’un chèque de 75 milliards de francs CFA représentant un acompte de 75% sur le montant d’acquisition de la licence globale, au gouvernement ivoirien.

Le montant minimum exigé ayant été dépassé (50%), MTN Côte d’Ivoire pourra bénéficier de cette licence pour une durée de 17 ans au lieu de 15 ans, anticipant ainsi sur le délai d’expiration de son ancienne licence qui court jusqu’en mars 2016.

Quant à Orange Côte d’Ivoire, c’est un acompte de 50 milliards de CFA, soit 50% du montant global qu’il a versé au gouvernement ivoirien.

Acquisitions payées en parties aux prix indiqués par l’administration Alassane Ouattara quand bien même les opérateurs auraient eu de vives émotions demandant même au gouvernement de réduire le montant.

Alassane Ouattara terriblement ivoirien est resté de marbre.

Il faut espérer qu’il en soit de même au Sénégal fort de ses 13 millions de fantassins de l’émergence dont plus de 8 millions abonnés à Orange mobile, avec un Macky Sall qui saura se faire entendre pour qu’on ne se f… plus de son administration et de son peuple !

Charles Faye

(Source : L’Observateur, 20 janvier 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)