twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : quand le régulateur oblige les opérateurs à observer un recul technologique de plus de 10 ans

jeudi 15 septembre 2016

Connaissez-vous le Système Vocal Interactif (SVI) ? Il s’agit d’un outil qui permet de simplifier le parcours client lorsque celui-ci tente de joindre un centre d’appel. Le SVI lui permet par exemple à travers de courts messages vocaux de choisir la langue, le produit ou le service pour lequel l’usager cherche à avoir des informations ou signaler un dysfonctionnement.

Le SVI permet également à travers un numéro unique (1441 ou 1677 ou 1111 par exemple), de joindre les services d’un opérateur ou fournisseur de services pour un ensemble de services.

Pour la petite histoire, les opérateurs téléphoniques au Sénégal utilisent et exploitent les SVI depuis au moins.

Nous en parlons parce que l’ARTP a demandé aux opérateurs à supprimer ce système depuis octobre 2014. C’est d’ailleurs l’une des raisons de la sanction infligée à Sonatel pour non respect de cette obligation dans les délais impartis.

Le parcours client est devenu un vrai labyrinthe

A ce jour, selon les dispositions de l’ARTP, le service client pour chaque produit ou service chez l’opérateur doit être accessible via un numéro unique sans l’intermédiaire d’un SVI.

Ceci a de lourdes conséquences chez les consommateurs qui seront obligés d’enregistrer une multitude de numéros pour chaque opérateur (un vrai labyrinthe).

Au moment où dans beaucoup de pays au monde les SVI deviennent de plus en intelligents avec des fonctionnalités de routage, d’information et de selfcare, au Sénégal cette innovation est tout simplement rangée au placard avec pour seuls objectifs pour le régulateur une meilleure protection du droit des consommateurs à l’information et la création d’emplois dans le secteur des télécommunications. C’est regrettable.

(Source : IT Mag, 15 septembre 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)