twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : la directrice générale du CTIC pointe des problèmes de visibilité pour les start-up africaines

vendredi 29 juin 2018

Le Sommet africain des investisseurs et anges d’affaires (SAFIAA) qui s’est tenu sur deux jours s’est achevé mercredi à Dakar. L’occasion pour la présidente du CTIC d’insister sur les maux qui retardent encore les start-up sur la partie francophone du continent. Et parmi eux, il y a bien sûr le manque de visibilité qui fait que beaucoup d’entre elles ne tapent pas dans l’oeil des investisseurs. « On ne nous connait pas. Les gros investisseurs vont dans les pays anglophones. Il n’y a pas grand chose qui se passe en Afrique en terme de financmeent », regrette Régina Mbodje, interrogée par le quotidien national Le Soleil. A l’en croire, les dispositifs de financement sont loin de prendre en compte les nouveaux acteurs que constituent les petites entreprises qui s’activent dans le digital.

Un véritable politique de financement si on veut avoir des start-up qui changent le réel

Et c’est tout le sens de cette première édition du SAFIAA qui s’est voulue un cadre d’échange privilégié entre investisseurs et start-up sous la houlette du CTIC pour qui, il faut une véritable politique d’accompagnement des jeunes acteurs du numérique sur le continent africain, notamment pour ce qui est du côté francophone. « Il faut un financement pour impacter l’économie ou la population. Sans ce financement, on reste une petite start-up », a encore expliqué Madame Mbodje. Et malgré ces blocages financiers liés, en plus du manque de visibilité, au fait que ce soit nouveau en Afrique, les start-up arrivent tout de même à faire des levées de fonds importantes en Afrique. Et c’est le cas ces dernières années, souligne le fondateur de Start-up Brics and Emerging Valley, Samir Abdelkarim.

Et pourtant, des levées de fonds énormes ces dernières années

De 40 millions de dollars pour tout un continent en 2013, les levées de fonds ont atteint un montant estimé à 560 millions de dollars, révèle Monsieur Abdelkarim à nos confrères du journal Le Soleil qui précise que l’appétit d’entreprendre est une volonté bien réelle sur le continent qui regorge pourtant des talents. Toutefois, on ne se voile pas la figure. Les participants ont tous renconnu que l’accès aux financements demeure une grosse problématique. C’est le cas du secrétaire général du ministère de la communication, des télécommunications, des postes et de l’économie numérique du Sénégal. En attendant le rapport final promis par la direction, la première édition du Sommet Afrique francophone des investisseurs et ange d’affaires est bien partie. Elle a enregistré la participation de 20 start-up dans les domaines aussi variées que l’énergie, l’agriculture ou encore la finance.

Élimane

(Source : CIO Mag, 28 juin 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)