twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : Un marché des télécommunications au comportement "anormal"

samedi 13 décembre 2014

La publication par l’Agence de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) du dernier rapport sur le marché des télécommunications montre (encore) des chiffres qui sortent de l’ordinaire. Six années après le lancement des services du troisième opérateur de télécommunications au Sénégal, nous assistons toujours à une hégémonie de l’opérateur historique Sonatel, utilisateur de la marque Orange. Chose impensable sous d’autres cieux, Orange se permet même de regagner des parts de marché sur le mobile où il détenait à fin septembre 2014 55,52% des abonnés mobiles actifs au Sénégal. A la même période, Expresso montait légèrement à 20,29% et Tigo quant à lui reculait sensiblement à 24,19% de parts de marché. Ces tendances mettent à nu la fâcheuse tendance qu’a Orange à recruter plus et mieux les clients que ses concurrents.

Pourquoi l’opérateur Orange est-il toujours si « fort » ?

Dans la plus part des pays à trois opérateurs, il est très rare de constater une si forte résistance de la part de l’opérateur historique plusieurs années après l’entrée sur le marché d’opérateurs « alternatifs ». Pourquoi au Sénégal l’opérateur Orange jouit-il de cette insolente santé malgré la présence de Tigo et d’Expresso ?

La première des potentielles raisons est, à notre avis, la qualité de ses concurrents. Intéressons-nous d’abord à Tigo, la filiale locale du groupe luxembourgeois Millicom Cellular. Cet opérateur ayant lancé ses services en 1999 a, dès 2001, connu une longue période d’incertitude due à un conflit juridique avec l’Etat du Sénégal sur la validité de sa licence qui, selon les autorités sénégalaises de l’époque, a été acquise à vil prix (50 millions de FCFA, environ 100.000 $ US). Ce manque de visibilité sur l’avenir a quasi-inhibé la capacité d’investissement de l’opérateur, ce qui a laissé la voix libre à Sonatel Orange pour « écraser » un concurrent désormais doté d’une faible capacité d’innovation et de riposte. Il a fallu attendre l’arrivée au pouvoir du Président SALL en 2012 pour un règlement à l’amiable du conflit, ce qui permit à Tigo d’acquérir enfin une licence 3G et de renouveler par la même occasion son réseau qui avait entre temps pris un sérieux coup de vieux. Cet éclairci dans le ciel de Tigo (lancement de la 3G) s’est vite manifesté en fin 2013 – début 2014 par un bond en avant impressionnant sur le marché de l’internet mobile avec une première place, fut elle éphémère, car n’ayant duré que le temps d’une rose.

Passons à Expresso. Cet opérateur, filiale de l’opérateur historique soudanais Sudatel, lança ses services en début 2009 avec la technologie CDMA. En plus d’une licence acquise à un prix trop élevé (100 milliards de CFA), le choix de la technologie CDMA fut la deuxième erreur stratégique d’Expresso. Ce fut stupéfiant de voir comment cet opérateur, qui était censé créer un tsunami sur le marché des télécoms, a mis sur le marché un package terminal "CDMA+SIM" à 15.000Fcfa au moment où la concurrence offrait un terminal GSM+SIM à 10.000 Fcfa. Constatant que les ventes ne décoller point, et muni d’une licence 3G, Expresso profita du lancement de ses services 3G pour migrer subtilement du CDMA au GSM. Mais le mal était déjà fait car l’opérateur historique avait déjà bien profité de cette période de flottement stratégique pour ré-assoir sa dominance.

En somme, nous pouvons dire qu’Orange a bénéficié d’une sorte de Baraka surréaliste allant des ennuis juridiques de Tigo aux hésitations technologico-stratégiques d’Expresso en passant par un certain déficit de vision de ces deux opérateurs. Nous aurions eu à la place d’Expresso des opérateurs comme Airtel ou MTN, la situation concurrentielle du secteur serait certainement toute autre aujourd’hui.

Un fort soupçon d’abus de position dominante

Devant la presque involontaire hégémonie d’Orange sur la plus part des segments de marché, il est légitime de se poser la question de savoir si cet opérateur n’abuse pas d’une certaine manière de sa situation de dominance pour conserver ou améliorer ses parts de marché. Il y a, dans le dernier observatoire de l’ARTP, un élément qui va un peu dans le sens de notre ressenti. D’après ces chiffres officiels, 93,9% des appels émis le sont vers un numéro du même réseau. Cet état de fait est naturellement à l’avantage de l’opérateur ayant le plus gros nombre de clients, donc Orange. Cette situation ubuesque qui perdure depuis des années s’explique par un tarif hors réseau (Off net) qui serait artificiellement plus élevé que le tarif des appels intra-réseau (On net). L’objectif recherché étant de décourager, par les tarifs, les appels vers les autres réseaux. Ce phénomène, appelé « effet de club », est le pire ennemi des autorités de régulation qui se respectent.

Devant cette réalité des chiffres, y aurait-il quelque chose à reprocher à Orange ? Très franchement, pas grands choses. Les griefs seraient plutôt à l’encontre de l’autorité en charge de la régulation à posteriori de ce secteur, dans le cas qui nous concerne, l’ARTP. Afin que Tigo et Expresso puissent concurrencer Orange sur ses appels intra-réseau et vis-versa, il est indispensable que l’ARTP fasse une analyse sérieuse de ce dysfonctionnement du marché et qu’elle prescrive enfin les remèdes qui permettront de ramener ce taux d’appels intra-réseau à un niveau économiquement raisonnable.

D’autres abus de dominance sont malheureusement à redouter, notamment sur le marché Entreprise, sur celui des services à valeur ajoutée (SVA) mais aussi sur celui de l’accès à internet. Le poids économique et la forte capacité de résistance de Sonatel face à une concurrence qui se démène comme un beau diable laisse présager de fortes synergies qui ne doivent pas, toutes, être licites du point de vue du droit de la concurrence.

Le rôle du régulateur dans tout ça ?

L’ensemble de ces constats mettent en lumière la faillite du régulateur de télécoms qui depuis plus d’une décennie a manqué plusieurs virages qui ont été fatale au développement de la concurrence sur le marché sénégalais des télécommunications. A ces rendez-vous manqués s’ajoute cette instabilité institutionnelle qui est congénitale à cette instance de régulation, les directeurs généraux vont et viennent au gré des régimes en place et de leurs intérêts du moment. Chaque nouveau DG prend le soin, dès son arrivée, de faire le ménage dans l’équipe dirigeante, souvent selon des considérations politiques et ceci au grand dam d’une régulation correcte du secteur.

Pour finir sur une note d’optimisme, il est nécessaire de préciser que les spécialistes du secteur entrevoient néanmoins une lueur d’espoir suite la publication récente des lignes directrices de l’accès et de l’interconnexion qui posent réellement les bases de l’éclosion d’offres alternatives avec entre autres nouveautés les conditions d’une naissance d’opérateurs d’infrastructures, de MVNO, et de vrais FAI ayant accès à la bande passante internationale. Ajoutez à ces points le dégroupage annoncée de la boucle locale de cuivre de la Sonatel, nous pouvons dire, sans risque de nous méprendre, que 2015 devrait être une année intéressante pour le marché sénégalais des télécommunications.

Le modou-modou des télécoms

(Source : L’Afrique des télécoms, 13 décembre 2014)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

153 153 153 144 144 144 238 238 238 168 168 168 145 145 145 170 170 170 171 171 171 160 160 160 172 172 172 173 173 173 154 154 154 174 174 174 226 226 226 155 155 155 176 176 176 177 177 177 237 237 237 250 250 250 241 241 241 157 157 157 178 178 178 180 180 180 259 259 259 181 181 181 159 159 159 248 248 248 183 183 183 239 239 239 256 256 256 185 185 185 162 162 162 186 186 186 187 187 187 191 191 191 192 192 192 234 234 234 194 194 194 195 195 195 196 196 196 197 197 197 198 198 198 199 199 199 229 229 229 233 233 233 202 202 202 228 228 228 204 204 204 232 232 232 206 206 206 253 253 253 208 208 208 209 209 209 210 210 210 211 211 211 212 212 212 213 213 213 214 214 214 254 254 254 217 217 217 218 218 218 249 249 249 219 219 219 220 220 220 230 230 230 222 222 222 252 252 252 255 255 255 242 242 242 243 243 243 244 244 244 245 245 245 246 246 246 258 258 258 260 260 260 261 261 261 48 48 48 61 61 61 59 59 59 12 12 12 11 11 11 70 70 70 53 53 53 127 127 127 132 132 132 75 75 75 123 123 123 15 15 15 52 52 52 110 110 110 49 49 49 14 14 14 28 28 28 13 13 13 73 73 73 164 164 164 77 77 77 112 112 112 113 113 113 18 18 18 102 102 102 105 105 105 78 78 78 119 119 119 65 65 65 47 47 47 16 16 16 120 120 120 90 90 90 133 133 133 81 81 81 116 116 116 20 20 20 135 135 135 136 136 136 137 137 137 21 21 21 129 129 129 35 35 35 22 22 22 67 67 67 7 7 7 79 79 79 69 69 69 108 108 108 84 84 84 87 87 87 96 96 96 23 23 23 25 25 25 106 106 106 82 82 82 32 32 32 76 76 76 72 72 72 115 115 115 26 26 26 104 104 104 29 29 29 58 58 58 30 30 30 46 46 46 31 31 31 62 62 62 88 88 88 55 55 55 101 101 101 86 86 86 10 10 10 80 80 80 114 114 114 92 92 92 100 100 100 85 85 85 36 36 36 125 125 125 37 37 37 38 38 38 109 109 109 74 74 74 51 51 51 50 50 50 39 39 39 83 83 83 40 40 40 66 66 66 68 68 68 93 93 93 99 99 99 60 60 60 57 57 57 24 24 24 41 41 41 42 42 42 134 134 134 19 19 19 43 43 43 111 111 111 17 17 17 117 117 117 97 97 97 94 94 94 54 54 54 71 71 71 122 122 122 33 33 33 56 56 56 131 131 131 98 98 98 34 34 34 89 89 89 91 91 91 45 45 45 107 107 107

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)