twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Sénégal : Instabilité institutionnelle d’un secteur des télécoms en décadence

jeudi 10 juillet 2014

Au Sénégal, s’il y a un secteur d’activité qui va à contresens de la vision des pouvoirs publics, il s’agit bien de celui de l’économie numérique. Au moment où les technologies de l’information et de la communication se positionnent de plus en plus comme un levier de développement, le département ministériel qui gère ce secteur est l’un des plus instables dans notre pays. Le constat est inquiétant. Depuis la première alternance survenue en 2000, à chaque changement de gouvernement, la tutelle est fortement touchée.

Et ce changement va même jusqu’à la dénomination dudit ministère. Tantôt rattaché avec d’autres départements, les infrastructures et les transports par exemple, tantôt éclaté comme c’est le cas aujourd’hui, ceci donne l’impression d’un vrai tâtonnement de nos dirigeants.

Le nouveau ministre en charge de ce secteur est inconnu de l’écosystème numérique sénégalais. Selon le site Social Net Link qui a pu lever le voile sur le peu d’informations qui existe sur Yaya Abdoul Kane sur la toile, nous avons un ministre « déconnecté ». Xibaaru va plus loin en nous révélant comment celui ci à pu être nommé à un poste ministériel. Enfin c’est Dakaractu qui creuse encore davantage en disant long sur le parcours du nouveau boss des télécoms au Sénégal.

Yaya Abdoul Kane est un sociologe de formation. Bien qu’il ne soit pas dans son domaine de prédilection, nous osons espérer en lui un bon manager pour le rayonnement des télécoms et de l’économie numérique en général. D’ailleurs, rares sont les fois où ce département a été occupé par un professionnel du secteur. Là ne se trouve pas le problème, mais il s’agit plutôt du manque de vision de la part de nos autorités pour ce secteur.

Dénommer ce ministère, Postes et Télécommunications en 2014 relève d’un sommeil profond. Le réveil pourrait être difficile. Pour rappel, en 2005 ce département s’appelait déjà ministère des Postes et des Télécommunications. A l’époque, c’est Joseph Ndong qui occupait ce portefeuille. Entre temps il y a eu beaucoup d’évolutions. De NTIC, nous sommes passés à TIC pour enfin aboutir à l’économie numérique en octobre 2012 avec Cheikh Bamba Dièye, ministre sortant.

Autre élément regrettable, est le fait de rattacher le département de la Communication à un autre ministère (la Culture), en plus de créer un secrétariat à la communication. Nous risquons d’assister à des cafouillages et doublons.

Nous avions souligné ici il y a quelques mois lors du Groupe consultatif de Paris la faible implication de l’économie numérique dans le Plan Sénégal Emergeant.

Et pourtant du coté des autres démembrements de l’Etat, l’ARTP et l’ADIE, des avancées significatives sont notées depuis près de deux ans.

Mountaga Cissé

(Source : ITmag, 10 juillet 2014)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)