twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Scandale autour de WARI : qui protège Kabirou Mbodj ?

mardi 7 juillet 2015

Suite et pas fin de la bataille judiciaire qui oppose Kabirou Mbodj à ses associés de la société CSI Sa connue sous le label Wari, un service de transfert d’argent ayant pignon sur rue au Sénégal.

L’assemblée générale convoquée par Kabirou Mbodj pour ce mardi 07 juillet semble déjà mort-née. En effet, ce dernier a fait abstraction du préalable relatif au partage des documents afférents à la gestion administrative et financière écoulée avec ses associés, lesquels refusent de l’accepter.

Kabirou Mbodj fait face à ses associés qui l’accusent d’avoir illégalement fait main basse sur Wari. Les actionnaires Malick Fall et Seyni Camara ont « bien lu » les convocations pour se convaincre ensuite de leur caractère « fallacieux ».

En effet, Kabirou Mbodj n’a attaché aucun document social relatif à l’exercice 2014. Il s’agit de documents explicatifs tels que l’inventaire, les rapports de gestion et les états financiers de synthèse certifiés par les commissaires aux comptes ou encore les rapports des commissaires aux comptes. Et pourtant, lors de l’AG de ce mardi, il annonce une lecture du rapport d’activités de la société CSI.SA.

Selon ses accusateurs, « il a usé et abusé d’astuces pour procéder de façon quasi clandestine à une augmentation de capital en jetant un voile sur l’actionnariat ». Malick Fall et Seyni Camara tenaient à ce que la liste des actionnaires, les conventions réglementées, les PV d’Assemblées Générales et de Conseil d’Administration, leurs soient transmis comme préalables. Mais M. Mbodj a omis d’inclure dans ses convocations les documents relatifs au montant global certifié par les commissaires aux comptes des rémunérations versées aux cinq dirigeants sociaux et les salariés les mieux rémunérés.

Kabirou Mbodj n’a pas seulement « oublié » ces documents. Il a en effet prévu dans son ordre du jour de soumettre à ses associés une modification de la dénomination sociale de leur business. Une mutation impossible à faire pour les actionnaires, sans les textes d’exposé des motifs, des résolutions proposées, ainsi que des renseignements concernant les candidats au conseil d’administration ou au poste d’administrateur général.

A la suite de ces « manquements », les actionnaires Malick Fall et Seyni Camara ont fait parvenir le 26 juin dernier un courrier à Kabirou Mbodj lui annonçant leur descente dans son bureau en vue de prendre copie desdits documents le lundi 29 juin 2015. En réponse, il a demandé que les sieurs Fall et Camara viennent plutôt le voir le mardi 30 juin à 16h au Siège de la société. Nos deux associés s’y rendent aux dates et heure prévues, mais Kabirou Mbodj leur pose un lapin. C’est le directeur de la comptabilité, Ousmane Ndoye Diop qui est leur interlocuteur. Il refuse de remettre lesdits documents, comme d’habitude obligeant Malick Fall et Ousmane Camara à faire constater la situation par un l’huissier de Justice Djiby Diatta.

Comme l’on pouvait s’y attendre, les associés ont tout simplement demandé à Kabirou Mbodj le report de son Assemblée générale et exigé qu’il mette à leur disposition des documents sociaux en bonne et due forme, ce, en application des dispositions des articles 525, 526 et suivants de l’Acte Uniforme sur les sociétés commerciales.

Pour rappel, ce dossier est déjà entre les mains de la justice. La bataille que se mènent les actionnaires (ou ex) de la CSI et Interactive a été engagée sur plusieurs fronts au niveau judiciaire. Une procédure a en effet été engagée au niveau du Parquet. Cette plainte est déposée par Malick Fall et Seyni Camara, le 18 décembre 2014. Les plaignants évoquent des sommes exorbitantes de 100 milliards de flux financiers pour 2,5 milliards de commissions et parlent de ‘’crime’’ pour qualifier les agissements de M.Mbodj.

Aussi demandent-ils des « mesures conservatoires énergiques », notamment « une interdiction de sortie du territoire à Monsieur Mbodj qui a un passeport étranger, un gel de tout transfert de sommes d’argent qui ne sont pas liées aux opérations Wari, relativement aux sociétés C.S.I SA, Interactive Sarl, Interlink et Interlinq Suarl ». Sans suite. C’est cette procédure qui a atterri chez le juge du premier cabinet avec un réquisitoire supplétif du Procureur demandant une inculpation de Kabirou Mbodj. On retrouve dans ce dossier des citations directes au Tribunal régional hors classe de Dakar avec les mêmes griefs d’abus de biens sociaux.

(Source : La Téranga Info, 7 juillet 2015)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)