twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

SUD ONLINE : Une présence continue depuis le début

lundi 11 décembre 2000

Le quotidien privé dakarois "Sud quotidien" , est le premier journal sénégalais à être versé sur le net. C’est en février 1997 que Sudonline, la branche du groupe Sud Communication qui gère Internet, entame une nouvelle expérience dans le domaine des Nouvelles technologies de l’information et de la Communication (Ntic). Selon Daouda Toumbou, informaticien de formation et pionnier dans cette aventure naissante, elle a les allures d’un défi. "Il n’y avait qu’une seule personne au début. Le site a été monté en une semaine avec l’assistance technique de Metissacana, premier cyber-café installé à Dakar, Ndlr", explique t-il.

Aujourd’hui, Sudonline qui gère également la radio privée SudFm, autre produit du Groupe Sud Communication, emploie 4 personnes. Leur tâche est de permettre aux internautes de lire chaque jour Sud quotidien et d’écouter la radio Sud Fm. La publication du journal sur le Net se fait régulièrement. Et contrairement à d’autres journaux sénégalais dont l’apparition sur le net est brève ou irrégulière, le site de Sud quotidien est constamment alimenté. Ceci aide particulièrement la communauté sénégalaise installée à l’étranger à suivre ce qui se passe au pays et de participer aux débats qui y ont cours. Grâce au système mis en place, il est possible de connaître chaque jour le nombre d’internautes qui ont visité le site de Sud. Sans donner d’indications sur le nombre de personnes qui lisent chaque jour Sud quotidien sur le net, les responsables de Sudonline affirment que "les chiffres sont bons".

Pour autant, Sudonline ne dispose pas encore de rédaction virtuelle. En clair, il n’existe pas encore de journalistes travaillant exclusivement pour la collecte et le traitement de l’information versée sur le net. Ainsi, Sudonline est entièrement dépendante de la production du quotidien avec tous les problèmes que cela pose. Par exemple, à la veille d’événements majeurs comme les élections ou le référendum en vue, le site a besoin d’être animé, pour permettre aux internautes de participer pleinement au débat. A travers des espaces de discussions comme "Forum".

Les exigences du quotidien permettent difficilement à la rédaction de concilier les deux tâches. Pour mettre le journal sur Internet, c’est encore le vieux procédé du "copier-coller" qui est utilisé, à l’aide d’une disquette. A l’image de tous les journaux sénégalais qui sont actuellement sur Internet, il y a toujours cette dimension manuelle.

L’absence de rédaction virtuelle ne manque pas de poser des problèmes relatifs à la clarté du message. Selon le directeur de Sudonline, "les internautes constituent un lectorat à part. Le papier versé sur le net doit être réécrit pour être adapté à toutes les populations". Ainsi, des termes pris dans les langues nationales doivent être traduits pour être compris par ceux qui lisent le journal sur le net et qui ne parlent pas forcément ces langues. Par exemple, tout autant qu’en presse écrite, quand on écrit un terme comme "dakhar" ( tamarin en ouolof, Ndlr) , on doit le traduire. "Mettre le nom scientifique ne suffit pas. Il est également préférable d’ajouter une photo", affirme Tamsir Sall. Pour ce dernier, "la rédaction virtuelle aide la lecture à être plus commode". En outre, la précision sur les noms et les localités du Sénégal doit être de rigueur. Leur localisation et leur situation par rapport à Dakar doivent être clairement indiquées.

Outre une publication quotidienne sur le net, Sudonline gère aussi les archives. En fonction de l’espace alloué existant, ces archives couvrent au moins les 30 derniers numéros du journal aujourd’hui monté avant d’être versé sur le net. Tout à la fois en rubriques et en bloc. Cette évolution consacre la troisième version du site.

La première version électronique du journal Sud quotidien s’est bornée à faire une réplique exacte du journal avec deux formats : un journal rubriqué et un autre versé en bloc sur le net. Il n’y avait pas de mise en page. Quant à la deuxième version entamée en 1998, sa nouveauté est relative à la Une du journal insérée avec les deux versions rubriquées et en bloc. Mais la nouveauté est constituée par les archives. Elles couvrent une période d’un mois. La première version, celle du début de l’expérience en février 1997, s’est pour sa part, limitée à la simple reproduction du journal en rubriques et en bloc.

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)