twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

RiseAfrika, un programme qui ambitionne de former 7500 jeunes africains sur l’entrepreneuriat

samedi 3 février 2018

Le développement économique tel perçu au niveau des jeunes sénégalais, dans un contexte économique où environ un peu plus du tiers (37,0%) de la population de 15 ans ou plus ont eu un emploi (ANSD Déc. 2017) reste encore très mitigé et soulève beaucoup de débats. La question de l’entrepreneuriat se justifie de plus en plus pour réduire ce gap du taux de chômage.

L’objectif du programme RiseAfrika, lancé par un jeune entrepreneur sénégalais du nom de Abdoul Aziz Thioye, a pour but de participer au développement économique de l’Afrique en outillant des jeunes pour qu’ils puissent créer des start-up et entreprises sans pour autant disposer d’un fond pour démarrer un business qui peut parfois être très difficile à acquérir au niveau des bailleurs et des banques. La première session de RiseAfrika qui se tiendra du 12 au 16 février à la Place du Souvenir Africain de Dakar, est axée sur le thème suivant : « Comment démarrer un Business en partant de rien » ; un programme complet de formation accélérée de cinq (5) jours dans le but de former les jeunes sénégalais sur le processus de création d’entreprise sans fond d’investissement.

Au-delà de cette session de formation au Sénégal, la team de RiseAfrika composée de professeurs, de coach et des professionnels très actifs dans le domaine, ambitionne de former 7500 jeunes entrepreneurs en 2018 à travers toute l’Afrique francophone. Le Niger, le Mali, le Congo ainsi que la Guinée seront les prochaines étapes à abriter les futures sessions.

A un coût très réduit de 25.000 Cfa, ce programme veut tendre la main à un maximum de jeunes à s’inscrire dans la logique entrepreneuriale et opter pour un autre schéma de développement. Surtout en misant sur l’outil web qui non seulement offre une chance égale à tous les jeunes du monde, mais constitue un enjeu majeur en Afrique.

A en croire M. Thioye qui s’est exprimé sur le sujet « un pays ne peux prétendre au développement tant que les entités publiques sont nettement supérieures à celles des privées ».

Pour vous inscrire au programme, merci de visiter www.riseafrika.com ou appelez au +221 77 520 56 71

(Source : Publitecho, 3 février 2018)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)