twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Révolution de la lecture à l’ère du mobile

mercredi 7 mai 2014

Les excuses sont désormais peu nombreuses pour ne pas se (re)mettre à la lecture. Des milliers de personnes à travers le monde, en particulier dans les pays défavorisés, ne s’adonnent pas à cette activité pour une raison élémentaire : le manque d’accès aux contenus écrits. L’expansion des téléphones mobiles a opéré cependant une révolution dans les usages en permettant de nouvelles manières de lire.

En grande partie conditionnée par l’évolution des supports, la lecture représente bien plus que le décryptage d’une information écrite. Nous vivons dans un monde où les quantités d’informations échangées chaque jour sont trop importantes pour être ignorées. Dès lors, le combat contre l’illettrisme symbolise un challenge plus que légitime dans les pays peu favorisés.

Quand nous pensons à la lutte contre l’analphabétisme, nous avons tendance à penser à nos bons vieux manuels de l’école élémentaire. Cependant, l’ère du papyrus semble bien loin maintenant que nos téléphones mobiles contiennent presque toutes les données dont nous avons besoin au quotidien. Un récent rapport de l’UNESCO laisse imaginer que le téléphone mobile soit l’instrument qui conduira la révolution de la lecture dans les pays moins avancés. Les recherches montrent que bien qu’étant utilisés pour les communications courantes, les téléphones sont également des passerelles pour de longs formulaires.

Se fondant sur plus de 4000 questionnaires et entretiens qualitatifs recueillis dans sept pays en développement, cette étude de l’UNESCO peint en détail, le portrait des lecteurs sur le mobile ainsi que leurs desseins. Les enseignements laissent entrevoir des stratégies devant permettre de développer la lecture via mobile et les avantages socio-économiques qui pourront en résulter. Enseigner la lecture grâce à la téléphonie mobile est une approche pédagogique innovante pour éradiquer l’analphabétisme. Il s’agit d’ailleurs de la méthodologie utilisée par le Projet d’alphabétisation de l’UNESCO pour les filles et les femmes au Sénégal (PAJEF), qui a réussi à mettre en place des cours à travers les téléphones portables, les ordinateurs, l’internet et la télévision. Combinés à des formations professionnelles, ces séminaires se sont révélés très efficaces pour les femmes analphabètes participantes au programme.

La technologie a ce charme inattendu de transformer un besoin récurrent en une formidable opportunité faisant émerger une multitude de possibilités. Nous pourrons à terme assister à des réalisations accessibles à tout le monde. Avec tous ces changements, anticiper sur l’avenir devient de plus en plus difficile.

Qui nous dit que l’écriture ne laissera pas tout simplement sa place à une communication purement émotionnelle ?

Alioune Sokhna

(Source : Afrique ITnews, 7 mai 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)