twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Réunion des experts en télécommunication à Praia pour harmoniser les principes directeurs régissant le cadre des TIC

jeudi 16 octobre 2008

Les experts en télécommunication de l’Afrique de l’Ouest ont commencé une réunion de trois jours à Praia, la capitale du Cap Vert, le lundi 13 octobre 2008, dans le but d’examiner les principes directeurs régissant les TIC tels qu’adoptés par les autorités régionales.

Ils se réunissent particulièrement pour discuter des perspectives de mettre en œuvre les Actes Additionnels adoptés par les Chefs d’Etat et de Gouvernement de la CEDEAO en janvier 2007 à Ouagadougou. Ces Actes comprennent une politique et une législation en matière de TIC, les systèmes de régulation de l’accès et de l’interconnexion des TIC, le régime juridique, la gestion des plans de numération, la gestion des fréquences, les services universels et l’accès à ces services.

Les experts examineront également les principes directeurs établis dans la perspective de moderniser les instruments visant à promouvoir le e-commerce, conserver les données personnelles et freiner la cyber criminalité grâce à la mise en place de législations régionales et nationales nécessaires.

Ils auront, en outre, à rechercher les voies et moyens de contribuer de façon significative au Fonds de Solidarité Numérique Mondial (FSN). Ledit Fonds constitue un nouveau mécanisme de financement destiné à chercher à combler la fracture numérique qui existe entre l’espace CEDEAO et le reste du monde.

Leur réunion se tiendra en prélude à celle des Ministres en charge des Télécommunications et des TIC dans les pays membres de la CEDEAO, prévue pour le 16 octobre 2008, toujours dans la ville de Praia.

Dans son discours d’ouverture, le Commissaire de la CEDEAO chargé des Infrastructures, M. Comla Cadje, a déclaré que l’une des plus importantes missions de la Commission de la CEDEAO, en ce qui concerne le secteur des télécoms, est l’harmonisation des politiques nationales et des cadres de régulation dans l’objectif de mettre en place un marché commun libéralisé des télécoms au sein de la Communauté.

Le Commissaire, qui était représenté par le Directeur du Centre Informatique Communautaire de la CEDEAO, Dr M.O. Afolabi, a expliqué que les Actes avaient été élaborés avec l’appui technique de l’Union Internationale des Télécommunications (UIT) en a ajoutant que leur incorporation aux législations nationales permettront de « créer un marché commun réel dans la sous région ».

Il a révélé que la CEDEAO avait également bénéficié de l’assistance de la Commission Economique pour l’Afrique (CEA) au regard de l’élaboration de principes directeurs harmonisés régissant le cadre des TIC. Selon lui, il s’agissait d’assurer la mise en place d’un système de régulation susceptible de créer un environnement propice pour les utilisateurs du réseau internet.

Dans son allocution de bienvenue, le Président du Conseil d’Administration de l’Agence Nationale de Communication du Cap Vert, M. David Gomes, a indiqué que le Cap vert reconnaissait l’importance du secteur des télécommunications pour le développement du pays et que, depuis l’indépendance du pays en 1975, le gouvernement a fait des investissements dans ledit secteur, dont les revenus représentent aujourd’hui cinq pour cent de son PIB.

Il a ajouté que le Cap Vert a aussi privatisé l’opérateur national, créé un organe de régulation national et est en train de faire mettre en œuvre par les différents pays la politique de la CEDEAO en matière de télécommunication.

Il a encore indiqué que depuis le 1er janvier 2007, le Cap Vert s’était lancé dans un processus de libéralisation totale du marché des télécommunications électroniques, conformément aux principes directeurs régionaux établis.

M. Gomes a expliqué que l’examen des six principes directeurs de la CEDEAO s’était fait à l’appui d’un nouveau régime que le pays avait adopté en novembre 2005, en ajoutant que l’acte est applicable pour le système des télécommunications et qu’il définit clairement les fonctions de l’autorité nationale de régulation.

(Source : Communauté économique des états de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), 16 octobre 2008)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)