twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Retard dans l’attribution de la licence de 4ème génération : L’Optic renvoie l’Etat et les opérateurs dos à dos

vendredi 4 mars 2016

Le Président de l’organisation des professionnels des technologies de l’information et de la communication a reçu hier la presse dans ses bureaux. Une occasion pour Antoine Ngom de donner son avis sur le retard dans l’attribution de la licence 4G.

En conférence de presse hier, le Président de l’organisation des technologies de l’information et de la communication (OPTIC) Antoine Ngom a analysé la situation de l’économie numérique au Sénégal. C’est ainsi qu’il s’est prononcé sur le retard de l’attribution de la licence 4G aux opérateurs de télécommunications existants au Sénégal. Il n’impute la faute de ce retardement à aucune des deux parties (ndlr l’Etat et les opérateurs de télécommunication). Même s’il conçoit qu’on ‘’peut à travers des experts d’un côté et de l’autre donner son argumentation et prouver que son argumentation est bonne’’. Seulement, ‘’ce n’est pas par presse interposée qu’on devrait faire cela’’, pense-t-il. Par conséquent, les méthodes utilisées jusqu’ici des deux côtés ne sont pas les bonnes. Encore que les bonnes questions ne sont pas posées.

‘’Je pense que les principales questions qu’on doit se poser c’est : ‘’Que veut-on faire ?’’ Veut-on privilégier l’aménagement numérique du territoire et permettre à tout Sénégalais, partout où il est, de pouvoir avoir accès à la 4 G sachant qu’aujourd’hui même, la 3G n’est pas partout ? Ou avec la 4 G, on va choisir des endroits où le potentiel est plus important ?’’ se demande-t-il. Avant d’ajouter : ‘’On ne peut pas avoir le maximum en aménagement du territoire et avoir le maximum en terme de licence’’. Et même si on y arrivait ‘’dans ce cas-là, le consommateur va trinquer. Les opérateurs il faut qu’ils fassent payer en investissements, il faut qu’ils puissent retrouver ça dans le prix qu’ils font payer au consommateur. Si le prix est élevé, ils ne vont pas souscrire à la 4 G et l’opérateur ne va pas se retrouver’’, soutient M. Ngom.

Pour sortir de cette impasse, le Président de l’Optic appelle toutes les parties prenantes à une large concertation. ‘’On a invité toutes les parties dans le but de trouver une solution alliant au mieux l’intérêt des utilisateurs, des différents acteurs et une bonne évolution du secteur. La position d’Optic a toujours été de privilégier le dialogue public/privé en amont de toutes les décisions structurantes pour le secteur de l’économie numérique’’, rappelle Antoine Ngom.

Bigué Bob

(Source : L’Enquête, 4 mars 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)