twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Résultats positifs du Groupe Sonatel en 2015 : La Guinée et le Mali tirent le Sénégal

mardi 23 février 2016

Si ce n’étaient pas les bonds effectués par les filiales de la Guinée et du Mali, les résultats du groupe Sonatel pour l’exercice 2015 ne seraient pas ce qu’ils sont. Le Sénégal n’a pas joué un grand rôle dans les performances réussies par la multinationale.

Les chiffres publiés par Sonatel sur ses résultats financiers pour l’exercice 2015, peuvent donner de belles idées sur la performance du groupe. Au Sénégal, l’on pourrait même tenté de jubiler pour cette bonne affaire, mais à l’analyse des éléments contenus dans le communiqué, le Sénégal ne tire aucune gloire de ces résultats réalisés par le groupe. Orange Sénégal n’a joué presque aucun rôle dans la réalisation de ce chiffre d’affaires qui s’établit à 863 milliards FCfa. Soit une hausse de 47,3 milliards FCfa par rapport à 2014. Seulement, même si d’après le communiqué, la croissance du chiffre d’affaires reste toujours soutenue à 5,8%, en léger fléchissement, l’on précise que « des 221 milliards FCfa qui constituent le résultat net du groupe en 2015, plus de 60% sont réalisés à l’international ». Comme pour dire que la Sonatel au Sénégal est tirée par les autres filiales. D’ailleurs, les chiffres confirment cette tendance, car « la croissance du chiffre d’affaires est portée par le Mali, pour 22,7 milliards FCfa et la Guinée, pour 17,6 milliards FCfa et soutenue par le mobile et l’international ». Le communiqué ajoute que « les filiales à l’étranger contribuent à hauteur de plus de la moitié du chiffre d’affaires consolidé du groupe ».

La performance des filiales de l’international peut s’expliquer, d’une part, par le milieu concurrentiel dans lequel Sonatel au Sénégal évolue. A Dakar, deux autres sociétés de téléphonie, Sudatel et Millicom, se disputent le marché avec Sonatel. Contrairement aux autres pays, les parts de marchés sont partagés. D’autre part, la Sonatel n’est pas très avantagée dans le milieu, en ce qui concerne les taxes dont l’importance n’est pas sans atténuer le développement de la filiale. D’ailleurs, le groupe relève que « l’année 2015 a consacré une nouvelle fois, le leadership et les solides performances opérationnelles et financières du groupe dans tous ses pays de présence, malgré un contexte concurrentiel qui s’est beaucoup durci et un environnement règlementaire et fiscal de plus en plus difficile et impactant ». Sonatel ajoute qu’il « fait face à une augmentation sensible de la pression fiscale, consécutive à l’apparition de nouvelles taxes ». Ces difficultés qui freinent la Sonatel au Sénégal, dans sa volonté de reprendre sa place, suscitent des interrogations. Si l’on sait que l’Etat, détenteur de 27% des actions, semble s’inscrire dans la dynamique de faire des facilités à la filiale. Ce qui pourrait accroître ses gains. D’ailleurs, l’Etat du Sénégal ne détient des actions que dans Sonatel.

La bonne santé financière du groupe Sonatel peut justifier l’option prise par le Conseil d’administration d’augmenter les investissements qui sont de l’ordre de 158 milliards FCfa. Soit une augmentation de 16%. D’après le communiqué, le renouvellement des réseaux d’accès mobiles mobilise l’essentiel de cet investissement.

Par ailleurs, le groupe Sonatel se réjouit de sa contribution à la création de richesses dans ses pays de présence. « Le groupe continue de rester un acteur majeur de la création de richesses dans tous ses pays de présence et particulièrement au Sénégal. Il a contribué, pour plus de 425 milliards FCFa, aux recettes budgétaires des pays, dont 214 milliards FCfa pour l’Etat du Sénégal, à travers les impôts, taxes, redevances, cotisations sociales, droits de douanes et dividendes ». Au titre du développement du secteur privé local, le communiqué de Sonatel rappelle que « les activités du groupe ont généré, au profit des entreprises locales, plus de 178 milliards FCfa de chiffres d’affaires, dont près de 108 milliards pour des entreprises au Sénégal ». Les mêmes efforts sont aussi consentis au titre de la balance des paiements où « le groupe a contribué positivement dans tous ses pays de présence, à travers les balances de trafic représentant des exportations nettes pour plus de 183 milliards FCfa dont 94 milliards pour le Sénégal ».

La multinationale s’est aussi investie dans d’emploi. « Les activités du groupe ont permis de générer plus de 3 000 emplois directs et plus de 100 000 emplois indirects, grâce à une distribution commerciale étendue, à la sous-traitance et aux différents partenariats dynamiques. »

Ndiaga Ndiaye

(Source : L’Observateur, 23 février 2016)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)