twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rentrée solennelle de l’Académie des sciences : Me Wade veut créer un centre d’excellence pour la recherche

jeudi 2 février 2006

Le président de la République a annoncé, hier, sa “ grande ambition pour le Sénégal ” qui est de créer un centre d’excellence pour la recherche. L’annonce a été faite à la rentrée solennelle de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal (Asts), tenue à Dakar. Il faut, a ajouté le chef de l’Etat qui dit parier sur la science et la technologie, faire de notre pays “ un espace de créativité et de découverte ”. Son ambition pour l’Afrique est de voir le continent jouer un rôle moteur car, croit-il fermement, il faut faire que l’Afrique soit le dernier continent où se développeront les dernières recherches scientifiques ”.

Me Wade est catégorique : “ que nous le voulions ou non, l’Afrique sera le continent du développement et de la croissance ”. D’ores et déjà, il est nécessaire de réfléchir sur la capacité des Africains à prendre le relais et à assurer ce destin historique. Lors de cette rentrée solennelle, le président a encouragé les membres de l’Asts à se lancer dans la recherche fondamentale tout en leur assurant de l’aide de l’Etat qui ne lésinera pas sur les moyens de leurs ambitions. Encourager la recherche signifie, aux yeux du chef de l’Etat, galvaniser chercheurs et doctorants des universités en octroyant des prix aux plus méritants.

Avec les avantages formidables offerts par l’internet, le président de la République a appelé à rendre l’information numérique accessible à tous et a invité les pays en développement à adopter une politique volontariste dans ce sens en se dotant d’infrastructures. Car, a-t-il martelé, “ la domination culturelle est le résultat d’actions et de forces économiques et sociales ”. La culture africaine, a rassuré Me Wade, “ ne peut pas disparaître, elle ne peut qu’évoluer et intégrer des éléments extérieurs. C’est la culture occidentale qui est menacée ” parce que, a-t-il expliqué, des valeurs comme la solidarité disparaissent avec la technologie. Les cultures africaines ont juste besoin de supports technologiques pour pouvoir pénétrer l’Occident, et c’est le rôle de l’internet, a-t-il ajouté. C’est pour cela que le Sénégal a opté pour un internet accessible à tous. Le président Wade a aussi insisté sur les budgets consacrés par les pays africains à l’éducation et cité l’exemple du Sénégal avec ses 40 %.

Au préalable, Souleymane Niang, président de l’Asts, a souligné la nécessité de la circulation de l’information scientifique et regretté les problèmes de traitement et de transmission informatisée de données. M. Niang a passé en revue les réflexions de l’Académie des sciences et techniques du Sénégal sur le péril acridien, les inondations à Saint-Louis, l’exposition Scientifika, etc. Le président de l’Académie africaine des langues, Adama Samassékou, a regretté qu’une infime minorité puisse se servir de l’internet en Afrique. Il est temps, a-t-il invité, de permettre aux autres d’être sur le net par le biais de leurs propres langues. Les langues africaines doivent devenir des langues de travail afin de participer à l’intégration culturelle de l’Afrique, a plaidé M. Samassékou.

Paul Uhlir de l’Académie nationale des sciences des Etats-Unis a rappelé les conditions de mise en œuvre de réseaux technologiques qui sont toujours difficiles. Il a également insisté sur les ressources humaines pour y parvenir. Quant à Alassane Dialy Ndiaye, vice-président de l’Asts, il a énuméré les recommandations de l’atelier du 30 au 31 janvier dernier dont les principales sont l’élaboration de stratégie nationale de développement de la recherche, l’interaction entre les acteurs impliqués, l’échange de savoir, l’accès libre aux informations scientifiques. M. Ndiaye a aussi évoqué le développement de la connaissance scientifique en langues nationales, la mise sur pied d’institutions de grande valeur, le partenariat entre gouvernement, université et industrie, etc.

MALICK CISS

(Source : Le Soleil, 2 février 2006]

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)