twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rencontre avec Appel : Mbagnick Ndiaye fait le procès de la presse en ligne

mardi 11 novembre 2014

Le ministre de la Culture et de la Communication, Mbagnick Ndiaye, a souligné, hier, l’importance de la régulation de la presse en ligne, déplorant les dérives sur les forums qui peuvent être "un drame pour certaines familles". Mbagnick Ndiaye recevait l’Association des professionnels de la presse en ligne (Appel), en prélude au séminaire prévu à Saly du 13 au 15 novembre, sur la régulation de la presse en ligne.

Le ministre de la Culture et de la Communication a souligné que cette initiative "vient à son heure", car, selon lui, "quand on parcourt la presse en ligne, les gens sont souvent scandalisés (...). C’est comme si toutes valeurs éthiques étaient bafouées", rapporte Libération qui cite l’Aps. "Des gens se font insulter dans les sites, sans compter les mauvaises informations que les gens donnent et cela a des conséquences aussi bien sociales, familiales, économiques que culturelles", a-t-il déclaré. "C’est grave, le drame que vivent certaines familles en lisant ces sites (...)", a souligné Mbagnick Nidaye, estimant que "les sites de presse en ligne ont une responsabilité par rapport à ces forums et commentaires (...) qui dénotent un manque de professionnalisme". De plus, il a dit avoir constaté que "80% des sites d’information en ligne sont des sites agrégateurs dont la plupart n’ont pas de rédaction puisque c’est une seule personne qui s’en charge". Aussi, estime-t-il que "les conclusions du séminaire aideront à étudier la question de la régulation". Il a donc annoncé : "En révisant le nouveau code de la presse, nous allons prendre des dispositions pour réprimer et mettre l’accent sur la formation des journalistes".

Pour sa part, le directeur de la communication, Alioune Dramé, a fait remarquer : "Dans le milieu de la presse où il y a des avancées technologiques, nous n’avons pas encore de texte afférant contre les dérives". Le président de l’Appel, Ibrahima Lissa Faye, a évoqué la question du modèle économique qui est selon, lui, "l’un des grands chantiers du projet du séminaire, sans lequel il sera difficile de faire de la régulation".

(Source : Libération, 10 novembre 2014)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)