twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Régulation d’Internet : Les Américains intraitables

lundi 28 juin 2004

Les Etats-Unis ne semblent toujours pas prêts à lâcher prise sur la question de la régulation d’Internet que les pays du Sud souhaitent, eux, confier aux Nations unies. Quant à la réduction de la "fracture numérique" entre pays du Nord et du Sud, guère de progrès ont été enregistrés.

Tel sont les principaux enseignements à tirer des travaux de la réunion du comité préparatoire du Sommet mondial de la société de l’information (SMSI) qui se sont achevés dans la nuit de samedi à dimanche à Hammamet en Tunisie.

Quelque 900 délégués représentant 123 Etats, les organisations onusiennes spécialisées, la société civile et le secteur privé étaient en conclave dans cette station balnéaire tunisienne pour préparer la deuxième phase du SMSI prévu à Tunis en novembre 2005.

Tout comme le financement de la réduction de la "fracture numérique" entre le Nord et le Sud, la problématique de la régulation d’Internet n’avait pas pu être tranchée lors de la première phase du SMSI tenue à Genève en décembre dernier.

Les participants s’étaient alors contentés d’une "déclaration de principes" reportant le débat de fond à l’étape tunisienne en vue de l’adoption de mesures concrètes sur ces deux point focaux. Mais il n’y a pas eu de progrès à Hammamet : la réunion appelée à baliser la voie, reportée trois fois, n’a finalement débouché, après "d’âpres négociations", que sur la décision de continuer à tenir d’autres réunions préparatoires à l’échéance de novembre 2005...

En attendant, un rapport sera fait au secrétaire général de l’ONU Kofi Annan sur le bilan des discussions d’Hammamet en vue de "prendre des décisions en tenant compte de tous les avis", a précisé le Letton Janis Karklins, président du comité préparatoire du SMSI.

Selon un délégué qui a requis l’anonymat, les Américains, avec les Européens à leurs côtés, tiennent à garder la main sur Internet parce que c’est aujourd’hui le canal le plus utilisé dans les activités terroristes.

Sur le chapitre de la "fracture numérique", les pays du Nord sont également réticents sur la question du financement. Considérant que les aides directes fournies jusqu’ici aux Etats n’ont, dans la plupart des cas, pas été utilisées à bon escient, ils exigent que des mécanismes précis et efficaces soient mis en place pour financer les nouvelles technologies dans les pays du Sud, a-t-il ajouté.

"Il nous faudra faire preuve de sagesse et de patience", a résumé M. Karklins en donnant rendez-vous aux délégués le 17 février à Genève pour la deuxième réunion préparatoire.

AP

(Source : Sud Quotidien 28 juin 2004)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 592 990 abonnés Internet

  • 8 304 319 abonnés 2G+3G (96,6%)
  • 166 539 clés Internet (1,9%)
  • 103 706 bonnés ADSL (1,2%)
  • 18 426 abonnés bas débit (0,2%)

- Taux de pénétration des services Internet : 57,59%

(ARTP, 31 mars 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 288 652 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 281 488 abonnés
- Taux de pénétration : 103, 25%

(ARTP, 31 mars 2017)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)