twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Rapport : L’Afrique sub-saharienne est la pire région pour lancer une StartUp…

jeudi 4 décembre 2014

Selon une étude réalisée par le Global Entrepreneurship Development Institute (GEDI), la région Afrique sub-saharienne obtient les pires scores à l’échelle mondiale en termes de niveau de difficulté à lancer une start-up.

Le Global Entrepreneurship Index (GEI) 2015, qui mesure l’écosystème entrepreneurial dans 130 pays, a déclaré que si l’entrepreneuriat est en pleine croissance à l’échelle mondiale, il reste néanmoins plusieurs améliorations à apporter dans certaines régions.

L’étude, qui a mesuré la capacité entrepreneuriale mondiale, a placé les États-Unis (US) en tête du classement, suivis du Canada, de l’Australie, de la Grande Bretagne et de la Suède dans le top 5.

L’Afrique subsaharienne en dernière position.

L’Afrique du Sud, qui est la première nation africaine du classement, arrive en 52e position mondiale avec un score moyen de 40, suivie du Botswana (66e), de la Namibie (69e), du Nigeria (84e) et du Kenya (86e). Cinq pays africains font partie des 7 derniers, à savoir le Burundi (124e), l’Ethiopie (125e), le Tchad (126e), le Malawi (128e) et l’Ouganda (129e). Selon le rapport, le Sénégal (96e) est principalement handicapé par un manque de talents pour les Startups, alors que le Bénin(102e) et le Mali (113e) souffrent d’un manque de Networking.

L’Afrique subsaharienne était de loin la région la moins bien classée au niveau mondial, avec 22 des 29 pays présents dans le bas du classement.

D’après le rapport, le principal handicap de l’Afrique est son taux brut de scolarisation dans l’enseignement supérieur qui est le plus bas au monde et d’après le GEDI, ce taux est considéré comme une composante importante pour favoriser l’écosystème entrepreneurial.

Le rapport indique que si l’Afrique du Sud se distingue de ses pairs africains en termes de variables liées à la capacité, telles que les compétitions et les opportunités des start-ups, c’est une conséquence des conditions institutionnelles meilleures que celles des autres pays africains.

(Source : Afrique ITnews, 4 décembre 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)