twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Radiobus : La radio qui porte l’information sur les routes du monde

mardi 19 avril 2005

Les radios émettant sur la bande Fm foisonnent à Dakar et dans certaines capitales régionales. Mais pas suffisamment et à temps pour informer les populations rurales, selon l’association sénégalaise pour l’environnement et la protection des enfants. Pour combler ce vide, Radiobus est créée pour porter l’information partout et au profit de tous.

Une radio itinérante, cela ne se voit pas tous les jours. Et pourtant elle existe. « Radiobus » tient son studio dans une camionnette et sillonne les différentes localités du Sénégal. Dans la cabine du véhicule, on retrouve en plus du siège du conducteur Cheikh Cissé, par ailleurs technicien, celui du chargé des programmes, Oumar Diao, un ancien de la Rts à la retraite depuis bientôt cinq ans. A l’arrière, une table de mixage et une consonne ponctuées de micros pour l’animateur Moïse et trois sièges pour les autres techniciens.

L’équipe de Radiobus est ainsi forte d’une dizaine d’acteurs bénévoles ou journalistes et techniciens qui se sont lancés sur les routes du monde, avec une ambition : diffuser de l’information et donner la parole à tous. Cette démarche communautaire, initiée par l’Association sénégalaise pour l’environnement et la protection des enfants, est financée par l’Agence canadienne de coopération pour le développement international (Acdi). Elle vise à combler un vide dans la diffusion de l’information. « Les populations en général et celles du monde rural en particulier, fait remarquer le chargé des programmes de Radiobus, sont sous-informées ». Le pire est qu’« ils n’ont pas les informations qu’il faut à temps et au moment opportun ». Selon lui, c’est pour pallier à ce manque d’information, qui relègue ces populations au second plan car n’ayant pas la possibilité de participer à la prise de décision, que l’association sénégalaise pour l’environnement et la protection des enfants a pris l’initiative d’« expérimenter une radio ambulante et itinérante ». Radiobus ou La radio des sans voix a vu le jour en novembre 2003. Sa particularité est que la radio n’est connue sous aucune fréquence. Celle-ci est attribuée suivant ses lieux d’émission. Radiobus parcourt le Sénégal pour instaurer un véritable dialogue entre les populations et les professionnels dans différents domaines d’intervention. Des sujets liés à l’environnement, l’éducation, la santé et surtout à la femme en état de grossesse et l’enfant animent les débats sur Radiobus. L’objectif principal est de promouvoir le développement et l’épanouissement des populations et singulièrement des enfants.

C’est dans cette optique que Radiobus s’est invitée et a marqué les manifestations des journées culturelles sérères de l’Ong Ndef leng tenues du 31 mars au 4 avril dernier à Fatick. Ses promoteurs ont loué cette approche communautaire qui a favorisé un partenariat avec la radio Ndef leng. Mais avant l’étape de Fatick, le département de Kébémer (région de Louga) a eu l’honneur d’accueillir Radiobus en novembre 2003. C’était dans le cadre de la sensibilisation sur la santé péri et néonatale.

Pendant trois mois, explique le chargé des programmes de Radiobus, « nous avons développé des stratégies de communication pour renforcer davantage les connaissances des populations concernant les femmes en état de grossesse de trois mois et le nouveau-né ». En avril 2004, la région de Matam a accueilli Radiobus dans le cadre des journées africaines du paludisme annoncées du sommet d’Abuja dont l’expérience devait démarrer au Sénégal. En dehors des activités ponctuelles, Radiobus initie aussi des déplacements à travers le pays, là où le besoin de vulgariser un thème au profit des populations se fait sentir. « L’initiative est souvent prise si nous nous rendons compte d’un sujet qui intéresse le développement des terroirs », note M. Diao L’exécution de cette mission visant un développement communautaire ne se fait pas toujours en toute quiétude. Et les problèmes semblent multiples. Selon Oumar Diao, les difficultés sont liées à la démarche d’une radio itinérante et à cette nouvelle forme de communication. « Les gens n’ont pas encore cette culture d’une radio ambulante. C’est ce qui fait qu’ils sont réticents au début lorsque nous les approchons ». Ce qui implique la nécessité « de vulgariser davantage le concept de Radiobus qui est une radio de proximité au service du développement des localités, des populations et des enfants ».

L’autre problème, soulève Moustapha Mbengue, coordonateur de la radio, est relatif aux demandes sans réponse de fréquences adressées au ministère de la Communication. « Vu le concept de la radio qui est ambulante, nous voulons une fréquence qui puissent couvrir toutes les localités du Sénégal », précise-t-il.

Fatou K. SENE

(Source : Wal Fadjri, 19 avril 2005)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)