twitter facebook rss

Ressources

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Quelques innovations du nouveau code des télécommunications du Sénégal

dimanche 29 juin 2014

La loi n°2011-01 du 24 février 2011 portant nouveau code des télécommunications apporte quelques innovations en faveur de la libéralisation du secteur sénégalais des télécommunications. Celle-ci facilite la libéralisation et promeut une concurrence effective et efficace entre opérateurs de services de télécommunications ouverts au public. Parmi les innovations, il y a entre autres le régime de partage d’infrastructures (A) et le régime d’opérateurs d’infrastructures (B).

A- Le régime de partage d’infrastructures :

- Le régime de partage d’infrastructures qui part dans le sens de l’interconnexion des réseaux et services de télécommunication est l’un des leviers les plus efficaces pour favoriser la libéralisation.

- Il permettra aux nouveaux entrants dans le marché, ne disposant pas de gros moyens pour construire l’infrastructure et offrir des services, fixés par leur cahier des charges, de pouvoir accéder (par le biais d’une convention) à l’infrastructure de l’opérateur dominant. Nous pouvons citer quelques formes de partage d’infrastructures :

1- Le dégroupage de la boucle locale de l’opérateur dominant prévu par l’article 47 de la loi 2011-01 du 24 février 2011 portant nouveau code des télécoms entre aussi dans le cadre du partage d’infrastructure.

2- La co-implantation ou partage des installations en point haut

- L’enjeu économique du partage d’infrastructures réside dans le fait que les nouveaux opérateurs entrants pourront s’installer facilement dans plusieurs zones reculées, concurrencer les opérateurs qui y sont déjà présents, et d’être compétitifs. Enfin cela participera forcément à la réduction des coûts des services.

B- Le régime d’opérateur d’infrastructures : (différent d’exploitant d’infrastructures alternatives)

L’opérateur d’infrastructures désigne toute personne morale ou entité, société et/ou organisation enregistrée, établissant une infrastructure de télécommunications à des fins de location de capacités à destination de l’Etat, des opérateurs titulaires de licence et aux fournisseurs de service.

- L’opérateur d’infrastructure doit obtenir une autorisation d’établissement des infrastructures de télécommunication. L’autorisation d’opérateurs d’infrastructures est un droit attribué par décret qui porte approbation d’une convention de concession et d’un cahier des charges.

- Cette innovation vient faciliter les difficultés liées à l’accès à l’infrastructure avec donc la possibilité de location de capacité. Pour les entreprises, il leur permet d’être compétitives dans le marché des télécommunications , sachant qu’elles pourront sous-traiter avec des opérateurs établissant et exploitant un réseau de télécommunication ouvert au public. Cette ouverture ou libéralisation des télécommunications permettra aussi de réduire les coûts onéreux pour le déploiement d’infrastructures en faveur des fournisseurs de service.

Mohamed Diop

(Source : Droit sénégalais des technologies et des télécoms, 29 juin 2014)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 25 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 8 701 175 abonnés Internet

  • 8 473 462 abonnés 2G+3G (97,4%)
  • 182 023 clés Internet (1,3%)
  • 98 353 abonnés ADSL (1,1%)
  • 18 428 abonnés bas débit (0,2%)

- 635 liaisons louées
- Taux de pénétration des services Internet : 58,79%

(ARTP, 31 décembre 2016)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 5324 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 17 juin 2016)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 285 933 abonnés
- 1 156 lignes publiques
- Taux de pénétration : 1,93%

(ARTP, 31 décembre 2016)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 186 485 abonnés
- Taux de pénétration : 102, 61%

(ARTP, 31 décembre 2016)

FACEBOOK

- 2 300 000 utilisateurs

(Internet World Stats, 30 juin 2016)