twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Quand Orange et Tigo jouent avec les nerfs des consommateurs

samedi 5 avril 2014

« Qui enverra le plus de messages de jeux à ses clients ? ». Ceci peut très bien être le titre du jeu auquel semblent se livrer Orange et Tigo, vu leur entêtement à envoyer des messages à leurs clients. En effet, entre ces deux opérateurs, on semble se livrer à une course qui ne dit pas son nom. Ce sont ainsi des centaines de sms qui sont quotidiennement envoyées aux clients. Mettant ainsi leurs nerfs à rude épreuve. Biiiip biiiip biiiiip, il est six heures du matin. Ce n’est pas le réveil qui vient de sonner, mais plutôt la sonnerie stridente d’un téléphone portable. Elle signale l’arrivée d’un message. C’est l’opérateur téléphonique Orange qui vient d’envoyer son premier message de la journée pour demander à ses abonnés de jouer. Et c’est parti pour un déluge de messages.

Hélas, Orange n’est pas seule à s’y mettre. Entre cet opérateur et Tigo, c’est à qui mieux mieux. Une sorte de course effrénée qui tape sur les nerfs de leurs abonnés. En une journée, on peut se retrouver avec plus d’une dizaine de messages incitant à jouer à tel ou tel autre jeu. Lui promettant monts et merveilles. Si les deux compagnies se frottent les mains – les messages de réponse sont surfacturés - ceux qui reçoivent les messages eux n’arrêtent pas de fulminer.

Un tour dans la ville montre combien ils en veulent aux opérateurs. « Je n’ai plus besoin d’activer mon réveil, c’est Orange qui me réveille tous les matins », plaisante Baye Diakhaté commerçant, qui a eu la bonne idée de prendre les choses à la légère. Même s’il dit recevoir plusieurs messages par jour, le vieux commerçant dit ne pas se laisser berner. Il les efface sans les ouvrir. « Les temps sont durs, nous avons plus urgent à faire que de nous laisser gruger par ces messages », fulmine-t-il.

Pape Ahmet Ndiaye est étudiant. Il tente d’analyser le phénomène : « Ils savent que les temps sont durs et que tout le monde a besoin d’argent, donc ils essaient de tirer profit de cette situation. » Pour autant, est-ce une raison de se montrer si agressif dans leur tentative de faire jouer les clients ? « Absolument pas », rétorque Fallou Ndiaye, lui aussi étudiant.

Selon lui, c’est du manque de respect de la part de ces opérateurs de téléphonie. Si chacun y va de ses propres interprétations, Ousseynatou Barro, elle, trouve ces messages traumatisants. « Lorsque mon portable sonne, automatiquement je me dis que c’est Orange ou Tigo ». Conséquence : elle ne prend plus la peine de lire ses messages. Une attitude qui lui a joué des tours en ce sens qu’elle lui a fait perdre des clients. « Je livre des gâteaux et autres sucreries.

Parfois, mes clients m’envoient des messages pour commander. Mais, lorsque le portable sonne, je ne vérifie pas, car je me dis que ce sont les sms non désirés », raconte-t-elle. Cette agression est encore pire chez les personnes qui possèdent un téléphone double puce. Ils voient ainsi le nombre de messages se multiplier par deux. Si certaines personnes effacent les messages sans les ouvrir, d’autres par contre se laissent prendre au jeu.

C’est le cas Moustapha Boye, tailleur. Il raconte sa mésaventure : « J’ai reçu un message me signifiant que mon numéro a été sélectionné et que je faisais partie des favoris. Sans comprendre, je me suis mis à jouer. » Mais, c’est après avoir perdu presque cinq mille francs de crédit de téléphone que le tailleur s’est rendu compte de l’arnaque. Pince-sans-rires, il jure : « Le jour où je serai en face du directeur d’Orange, je lui demanderai de me rendre mes cinq mille. » Le « sms » d’explication d’Orange Interrogée par nos soins, en marge d’une visite de courtoisie effectuée dans les locaux de Wal Fadjri (Voir en page 5) Coumba Sangaré, directrice du département communication institutionnelle de Orange Sénégal n’y va pas par quatre chemins.

Pour elle, si le client ne veut plus d’un certain type de messages qui lui sont envoyés via ses services, il peut appeler et demander que son numéro soit enlevé de la base de données. Et de défendre son entreprise qui, selon elle, ne dispose que de trois services, tous identifiables. Le reste étant l’œuvre de personnes ou structures qui, ayant eu à travailler avec la Sonatel, profitent de sa base de données.

(Source : Wal Fadjr, 5 avril 2014)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)