twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Problèmes d’accès aux téléphones et à l’Internet, l’alternative du courant porteur en ligne

mercredi 4 octobre 2006

Au Sénégal comme partout en Afrique, le téléphone fixe et l’Internet ne sont pas accessibles à tous en raison surtout de l’insuffisance du réseau de télécommunication. Le recours au réseau électrique qui présente l’avantage d’être mieux étendu sur l’ensemble des territoires nationaux se justifie dès lors.

C’est une nouvelle solution alternative susceptible de permettre d’atteindre assez efficacement les objectifs de démocratisation des télécommunications qui s’offre au gouvernement. En effet, le recours au courant porteur en ligne (Cpl) pourrait permettre aux populations, notamment celles des zones rurales d’accéder facilement et à moindre coût aux téléphones fixes et aux services de l’Internet. Et, le ministre des Postes, des Télécommunications et des Nouvelles technologies de l’information et de la communication, qui présidait, hier, l’atelier de l’Union africaine des télécommunications (Uat) sur : « Potentiel et impact du Cpl », est d’avis sur cette opportunité à saisir. Laquelle s’offre au Sénégal et à tous les pays africains qui sont dépourvus des infrastructures de télécommunications.

« Comme vous le savez tous, l’objectif primordial qui nous est assigné à nous responsables des télécommunications dans nos pays respectifs, c’est particulièrement la résorption, dans les délais les meilleurs, de la fracture numérique dans chacun de nos pays. Et pour cela, il faut faire en sorte que le service universel des télécommunications soit accessible à l’ensemble de nos populations, notamment celles des zones rurales. Or, le principal obstacle à l’atteinte de cet objectif demeure le problème quasi insurmontable des infrastructures qu’il va falloir déployer sur toute l’étendue de nos territoires. Aussi, il nous faut toujours rechercher des solutions alternatives susceptibles de nous permettre d’atteindre assez efficacement nos objectifs de démocratisation des télécommunications dans nos pays. Et c’est là, à mon avis, que se trouve l’importance de l’étude du potentiel et de l’impact du Cpl en Afrique », relève M. Joseph Ndong à l’adresse des participants à la rencontre. Pour le ministre, le réseau électrique, malgré ses insuffisances, présente au moins l’avantage d’être mieux étendu sur l’ensemble des territoires nationaux que le réseau des télécommunications.

Dès lors, la solution Cpl, qui a déjà fait ses preuves ailleurs, se doit d’être expérimentée en Afrique pour en évaluer le potentiel et en mesurer l’impact pour une solution possible à l’extension des réseaux de télécommunication des pays du continent noir, selon le ministre. Ce qui est le cas au Sénégal où, d’après Joseph Ndong, la Société nationale d’électricité (Senelec) expérimente depuis quelque temps cette nouvelle technologie.

D’après les conclusions des consultants de l’Uat, le Cpl a le potentiel certain d’augmenter la concurrence dans les services télécoms haut débit et de téléphonie, d’en impulser l’innovation et d’en améliorer la pénétration et l’adoption. Il peut aussi, selon eux, contribuer fortement à connecter de nouvelles personnes et entreprises aux technologies de l’information et de la communication et ceci, en augmentant significativement la couverture haut-débit et téléphone (sur Ip) au sein d’un pays/marché.

Selon toujours les consultants, le Cpl permet également la gestion de l’énergie et des applicatifs de management du réseau électrique. Le Cpl représente par là, soulignent-ils, une opportunité concrète pour l’Afrique tant sur le plan des dynamiques du marché du haut-débit que sur celui de considérations économiques, citoyennes et politiques.

Mais, avertissent-ils, il subsiste des problématiques qui exigent des élaborations communes par les opérateurs, électriciens, les autorités des régulations et le gouvernement. Il s’agit, expliquent-ils, de parvenir à une coordination et définition concernant des questions clés incluant, entre autres, standardisation des équipements, élaboration de lignes directrices de mise en oeuvre et plan d’affaires et marketing.

Les dépositaires Cpl se doivent donc d’être unis pour saisir le potentiel spécifique du Cpl en Afrique. L’Uat se propose de devenir la plate-forme de ralliement de ces acteurs afin de préparer un cadre de travail. Lequel permettrait de sécuriser les potentiels du Cpl sur l’ensemble du continent africain.

Nd. M. Gaye

(Source : Wal Fadjri, 4 Octobre 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 076 337 abonnés Internet

  • 9 793 802 abonnés 2G+3G+4G (98,15%)
  • 148 476 clés et box Internet (0,97%)
  • 116 093 abonnés ADSL (0,76%)
  • 17 966 abonnés bas débit (0,12%)

- Liaisons louées : 21 175

- Taux de pénétration des services Internet : 66,05%

(ARTP, 31 mars 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 289 426 abonnés
- 221 272 lignes résidentielles (76,45%)
- 68 084 lignes professionnelles (23,52%)
- 70 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,89%

(ARTP, 31 mars 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 984 934 abonnés
- Taux de pénétration : 104,78%

(ARTP, 31 mars 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)