twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Présidentielle 2018 au Cameroun : La société civile exhorte le gouvernement à faire de la veille des réseaux en cas de potentielles perturbations de l’Internet

samedi 15 septembre 2018

Des membres de la société civile camerounaise actifs dans le développement de l’économie numérique se sont réunis du 12 au 13 septembre 2018 à Yaoundé pour un séminaire sur les droits numériques en période d’élection. Séminaire animé par Internet sans frontières et plusieurs autres organisations actives dans la promotion de l’Internet. Au terme de ce séminaire, ils ont produit la Déclaration de Yaoundé que Digital Business Africa vous propose.

Déclaration de Yaoundé

« Nous, membres de la COALITION POUR L’ACCES A INTERNET au Cameroun et participants au symposium international sous le thème « Droits numériques et élections au Cameroun : Combattre les discours dangereux en ligne tout en préservant les droits numériques au Cameroun » :

Soulignant que l’accès à l’information est nécessaire dans une société démocratique, et d’une importance cruciale avant, pendant et après les élections ;

Constatant que les réseaux sociaux, notamment à l’approche de la prochaine élection présidentielle prévue le 07 octobre 2018, constituent des canaux essentiels d’information du public à l’ère numérique, et sont aussi en proie à la prolifération de la désinformation et à la montée des discours haineux et violents ;

Notant que ces discours négatifs et abusifs sont véhiculés par divers types d’acteurs ;

Notant aussi l’importance des réseaux sociaux comme espace de liberté d’expression et de débats publics, ainsi que pour les droits économiques, sociaux et culturels et les entreprises ;

Préoccupés par les précédents cas de perturbations de réseaux et coupures d’Internet dans le pays ;

Exhortons le gouvernement camerounais à :

Mettre en œuvre la Résolution 38/7 adoptée en juillet 2018 par le Conseil des Droits de l’Homme des Nations Unies sur « la promotion, la protection et l’exercice des Droits de l’Homme sur Internet » ;

S’engager publiquement à respecter la Résolution 362(LIX) 2016 de la Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples sur le droit et la liberté d’information et d’expression sur Internet en Afrique ;

Promouvoir la Déclaration Africaine des Droits et des Libertés sur Internet ;

Respecter ses engagements en matière de protection et de promotion des libertés d’association, d’accès à l’information, de liberté d’expression, ainsi que le droit à la vie privée, en ligne et hors ligne, notamment en période électorale ;

Promouvoir et faciliter un accès sans entrave à Internet afin d’assurer le développement et les libertés fondamentales ;

Promouvoir le respect des droits de l’homme par les entreprises commerciales, y compris les fournisseurs d’accès Internet et de télécommunications, au Cameroun, et soutenir les efforts en faveur d’opérations plus transparentes et responsables ;

Développer des politiques relatives à Internet et aux médias en ligne grâce à un dialogue ouvert et inclusif et à des canaux d’engagement transparents, et informer largement les parties prenantes avant la mise en œuvre.

Encourageons la société civile nationale et internationale et les partenaires à :

Collaborer avec les différents acteurs de l’écosystème numérique camerounais dans la lutte contre la désinformation et les discours incitant à la violence ;

Faire la veille des réseaux en cas de potentielles perturbations, y compris des coupures d’Internet, avant, pendant et après les élections ;

Trouver des stratégies de communication et sensibiliser toutes les parties prenantes sur les perturbations et coupures d’Internet ;

Rechercher et donner des conseils juridiques afin de connaître et analyser les lois et projets de lois en matière de droits et libertés numériques ;

Contester les coupures de connexion Internet, les atteintes à la vie privée et les violations des droits de l’homme dans les juridictions concernées ;

Interpeller les opérateurs de téléphonie mobile et les fournisseurs d’accès Internet sur le respect des droits des consommateurs.

Signé à Yaoundé le 13 septembre 2018

Contact
Mail : adisicameroun@gmail.com
Phone : (+237) 243 526 139

Nous suivre sur Twitter et Facebook :

#DigitalRightsAreHumanRights
#DontTouchMyInternet
#KeepItOn »

(Source : Digital Business Africa, 15 septembre 2018)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 50 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 8 761 804 abonnés Internet

  • 8 483 435 abonnés 2G+3G+4G (96,9%)
  • 1131 453 clés et box Internet (1,5%)
  • 117 807 abonnés ADSL (1,3%)
  • 17 965 abonnés bas débit (0,2%)

- Liaisons louées : 21 044

- Taux de pénétration des services Internet : 57,44%

(ARTP, 30 juin 2018)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 59,80%

(Internet World Stats 31 décembre 2017)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 292 468 abonnés
- 223 179 lignes résidentielles (76,31%)
- 69 218 lignes professionnelles (23,67%)
- 71 lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,92%

(ARTP, 30 juin 2018)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 141 304 abonnés
- Taux de pénétration : 105,80%

(ARTP, 30 juin 2018)

FACEBOOK

- 2 900 000 utilisateurs

(Facebook Ads, décembre 2017)