twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pourquoi Google ouvrira un Centre de recherche en intelligence artificielle à Accra au Ghana

lundi 18 juin 2018

Après Paris, Zurich, Tokyo, Tokyo, Beijing, Montréal, Toronto, Seattle, Cambridge/Boston, Tel Aviv/Haifa, New York, et bien évidemment San Francisco (Siège social de Mountain View), le géant américain du numérique Google a annoncé le 13 juin 2018 la création imminente cette année dans la capitale ghanéenne Accra d’un Centre de recherche en intelligence artificielle baptisé Google AI. Dans ce centre dédié à la recherche sur l’IA et ses applications, le moteur de recherche réunira les meilleurs chercheurs et ingénieurs en apprentissage automatique.

Il faut dire que Google s’intéresse à l’Afrique depuis quelques années. En 2016 déjà, Google avait annoncé son intention de former un million de jeunes africains afin de leur donner les moyens de maitriser le monde numérique dans le cadre de son programme de formation aux techniques numériques. Un an plus tard, l’objectif a été atteint. Aujourd’hui, ils sont deux millions d’Africains ayant déjà bénéficié des formations de Google. Et le géant de Mountain View accompagne 100 000 développeurs africains et plus de 60 start-ups technologiques dans le cadre de son programme Launchpad Accelerator Africa

Mais le géant américain ne s’arrête pas là. Il entend poursuivre son programme de formation offline destiné aux étudiants, aux demandeurs d’emploi et aux chefs d’entreprise en proposant des formations en face à face assurées par ses partenaires, ainsi que l’organisation régulière des rencontres afin d’encourager la participation sur le thème de la valeur d’Internet au niveau communautaire. Il revoit même ses ambitions à la hausse.

A présent, l’ambition est de former 10 millions d’Africains aux technologies numériques. Tout ceci en gardant garder son objectif en termes d’égalité des sexes en veillant à ce qu’au moins 40 % des personnes formées soient des femmes.

Forte expansion des chercheurs africains

Mais pourquoi cet intérêt pour la formation dans le domaine de l’intelligence artificielle ? « Nous avons constaté depuis quelques années que la recherche sur l’apprentissage automatique suscitait un intérêt croissant à travers le continent. Les événements tels que Data Science Africa 2017 en Tanzanie, le 2017 Deep Learning Indaba en Afrique du Sud et les différents IndabaX qui se sont tenus en 2018 dans plusieurs pays, ont montré que la communauté des chercheurs en informatique était en pleine expansion en Afrique », répondent Jeff Dean, Senior Fellow, Google AI, et Moustapha Cissé, Staff Research Scientist et responsable du Google AI Center Accra, dans une note d’information. D’où la création de ce centre de recherche à Accra.

« Nous nous engageons à travailler en collaboration avec les universités et les centres de recherche locaux, ainsi qu’avec les décideurs, sur les applications possibles de l’IA en Afrique », promettent Jeff Dean et Moustapha Cissé. Ces deux experts ont en commun un lien personnel avec l’Afrique : Jeff a passé une partie de son enfance en Ouganda et en Somalie et Moustapha a grandi au Sénégal. « Nous sommes ravis de conjuguer notre intérêt pour la recherche sur l’IA et l’apprentissage automatique, avec notre expérience personnelle en Afrique. Nous voulons ainsi repousser les limites de l’IA et contribuer à relever des défis dans des domaines tels que la santé, l’agriculture et l’éducation », s’engagent-ils.

Les chercheurs africains en apprentissage automatique qui souhaitent rejoindre ce nouveau centre de recherche en IA au Ghana sont invités à postuler en tant que chercheur scientifique ou chercheur ingénieur logiciel.

(Source : TIC Mag, 18 juin 2018)

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 15 418 058 abonnés Internet

  • 15 064 336 abonnés 2G+3G+4G (97,72%)
    • 2G : 21,30%
    • 3G : 39,18%
    • 4G : 39,52%
  • 195 457 abonnés ADSL/Fibre (1,28%)
  • 156 129 clés et box Internet (1,00% )
  • 2 136 abonnés aux 4 FAI (0,02%)
  • Internet fixe : 1,28%
  • Internet mobile : 98,72%

- Liaisons louées : 4 131

- Taux de pénétration des services Internet : 92,29%

(ARTP, 30 juin 2021)

- 9 749 527 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 256 010 abonnés
- 215 687 résidentiels (84%)
- 40323 professionnels (16%)
- Taux de pénétration : 1,52%

(ARTP, 30 septembre 2021)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Free et Expresso)
- 19 742 292 abonnés
- Taux de pénétration : 118,18%

(ARTP, 30 septembre 2021)

FACEBOOK

3 850 000 utilisateurs

Taux de pénétration : 23%

- Facebook : 2,95 millions

- Instagram : 1,1 million

- LinkedIn : 800 000

- Twitter : 189 800

(Datareportal, Mars 2022)