twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pourquoi Canal+ est piraté massivement au Sénégal

mercredi 27 août 2008

Canal+, qui a dépêché des experts de sa cellule antipiratage à Dakar, estime que le nombre de raccordements clandestins à CanalSat au Sénégal est supérieur aux 25.000 abonnés légaux. 450 fraudeurs ont été arrêtés en 2007, et la lutte s’intensifie. Mais pourquoi les Sénégalais piratent-ils le réseau crypté français ? Enquête.

Le journal Libération publie mercredi le récit de sa correspondante à Dakar, Marie-Laure Josselin, qui décrit "la présence des quatre membres de la cellule antipiratage de Canal+ au Sénégal", dans les faubourgs de Dakar. La journaliste raconte : "Ils ne portent pas de tenue de rangers, sont calmes et discutent avec les habitants pour expliquer qu’ils ne font que leur travail : démanteler les réseaux clandestins". Ils passent dans les quartiers et alertent les autorités locales lorsqu’ils doivent procéder à un démantellement. Eux se contentent de saisir le matériel et de porter plainte contre les trafiquants, dont les plus gros arrivent souvent à ne pas être inquiétés bien longtemps et à remonter leur affaire en quelques jours. La corruption, sans doute.

Libération oublie juste un tout petit détail de rien du tout dans son récit : le prix des abonnements pratiqués par Canal+ au Sénégal via sa filiale Canal Horizons. Il faut compter 19.000 Francs CFA (19 euros) pour un abonnement de base, dans un pays où le salaire moyen est de... 40.000 Francs CFA (61 euros). Dit autrement, s’abonner à Canal Horizons coûte environ 30 % du salaire moyen d’un sénégalais... contre moins de 5 % du salaire minimum d’un français abonné à CanalSat.

Sur son blog, le sénégalais Ousmane Diop raconte que "le trafic a débuté vers les années 1999-2000". "Ceux qui ont été les premiers à s’aventurer dans ce domaine avaient acheté des décodeurs de Canal sur lesquels ils arrivaient à brancher plusieurs maisons qui payaient 5000 francs Cfa (7 euros) à la fin du mois". Depuis le prix a baissé autour de 2.000 francs CFA, sous le poids de la concurrence entre les installateurs clandestins. "A Guédiawaye, une localité située dans la banlieue dakaroise, on compte beaucoup de personnes dont l’activité principale consiste à relier des fils de maisons en maisons à longueur de journée", écrit Diop. "Les habitants du quartier ont, pour la majorité des revenus très modestes qui ne leur permettent pas de pouvoir se payer le luxe d’un abonnement à CanalSat. Raison pour laquelle ils préfèrent s’abonner clandestinement sur le réseau de quelqu’un qui pourra aussi être tolérant si à la fin du mois ils n’ont pas encore l’argent pour payer". Tolérance que n’autorisent pas les ordinateurs du service comptable de Canal+.

Les droits de rediffusion pour contrer la concurrence légale

Libération ne s’interroge pas, non plus, sur les raisons qui poussent des Africains à s’abonner au bouquet français plutôt qu’à leur opérateur local légal, dont les prix sont pourtant moins chers. Pour éliminer la concurrence, Canal+ joue de son portefeuille pour s’assurer l’exclusivité des droits de diffusion sur des films très populaires et des évènements sportifs importants. Sans la retransmission de ces contenus, les abonnements des opérateurs locaux perdent une grande part de leur intérêt.

Certains opérateurs tentent parfois de passer outre, en violant les accords d’exclusivité sans payer de droits. "Pour l’Euro 2008, le préjudice est estimé à plus de 700 000 euros", assure à Libération la chaîne cryptée, qui a porté plainte avec succès contre des opérateurs concurrents (industriels, ceux là) qui avaient ainsi diffusé illégalement des matchs de la compétition sur leur réseau. Pour cet évènement majeur, Canal+ avait raflé les droits d’exclusivité francophone pour l’Afrique à un prix hors d’atteinte pour ses concurrents locaux. Les chaînes hertziennes ont tout juste obtenu après d’âpres négociations le droit de diffuser 8 matchs sur 32 en hertzien, pour 300.000 euros. Une somme considérable que la chaîne publique sénégalaise a pu débourser grâce à une rallonge budgétaire de l’Etat, mais que d’autres pays africains, privés d’Euro, n’ont pas pu sortir. Même stratégie pour la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), l’immense évènement footboolistique du continent, retransmis exclusivement sur le bouquet crypté de Canal Horizons.

"Avec la nouvelle baisse du pouvoir d’achat des sénégalais, les fraudeurs semblent avoir encore de beaux jours devant eux si les câblodistributeurs n’adaptent pas leur politique tarifaire à la bourse de la majorité", concluait Ousmane Diop.

Mais Canal+, non content de tuer dans l’oeuf la concurrence, préfère mettre la charue avant les boeufs. Interrogé par un quotidien local sur la baisse trop lente des tarifs, le directeur de Canal Horizon-Sénégal Oleg Baccovich affirme que "c’est au fur et à mesure que le nombre d’abonnés augmente que l’on peut envisager des baisses de prix".

Et s’il n’augmente pas de lui-même, dépêchons notre milice.

Guillaume Champeau

(Source : Numérama, 27 aout 2008)

Mots clés

BATIK

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 13 529 883 abonnés Internet

  • 13 251 404 abonnés 2G+3G+4G (97,95%)
    • 2G : 28,14%
    • 3G : 49,01%
    • 4G : 22,05%
  • 117 023 clés et box Internet (0,86%)
  • 158 130 abonnés ADSL/Fibre (1,19%)
  • 3 325 abonnés aux 4 FAI
  • Internet fixe : 1,19%
  • Internet mobile : 98,81%

- Liaisons louées : 22 456

- Taux de pénétration des services Internet : 83,47%

(ARTP, 31 mars 2020)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 6693 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, avril 2020)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 211 026 abonnés
- 169 128 lignes résidentielles (80,15%)
- 41 898 lignes professionnelles (19,85%)
- Taux de pénétration : 1,30%

(ARTP, 31 mars 2020)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 948 492 abonnés
- Taux de pénétration : 110,73%

(ARTP, 31 mars 2020)

FACEBOOK

- 3 408 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 20,4%

(Facebook, Décembre 2019)