twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Pour booster son développement : L’Afrique cherche sa place dans le monde des Tic

samedi 22 juillet 2006

Les Technologies de l’information et de la communication (Tic) peuvent servir le développement, la démocratisation et la justice sociale. Malheureusement, le continent le plus pauvre de la planète n’est pas très présent dans la gestion des Tic. Il ne maîtrise pas, non plus, tous les méandres de cette technologie. Pour être présents dans l’espace de décision de la gouvernance de l’Internet, les Africains doivent offrir des arguments pertinents.

La gouvernance de l’Internet a été l’un des trois thèmes les plus discutés au Sommet mondial sur la société de l’information (Smsi). Au cœur de ces discussions, il y a eu la problématique de la gestion démocratique et efficiente de l’Internet, en particulier du système de noms de domaine (Dns) que les Etats-Unis d’Amérique supervisent de façon unilatérale, avec l’appui de l’Icann, qui coordonne la gestion technique et l’évolution des « chiffres » et des « nombres » du réseau. Mais il y a également eu différentes polémiques liées aux questions de développement portant sur l’Internet, et celles liées à la liberté d’expression sur le réseau et à la réduction de la fracture numérique.

Le forum sur la gouvernance de l’Internet est mis en place afin d’offrir aux acteurs des différents secteurs et au niveau mondial, un espace de discussions politiques sur les différentes questions. Il sera convoqué formellement chaque année et sera évalué dans cinq ans. La première édition internationale aura lieu en Grèce, en novembre prochain.

Il est impératif que l’Afrique contribue activement à ces discussions, car les orientations dégagées au sein de ce nouveau mécanisme auront un impact sur la gouvernance de l’Internet dans le continent. Que ce soit sur le plan de la gestion technique du réseau ou des questions non techniques de politiques publiques.

Dès lors, il importe alors que l’Afrique détermine les questions stratégiques qu’elle souhaite voir discutées à Athènes. Dans ce cadre, le coût des interconnexions internationales et la gestion des ressources rares (adresses IP, noms de domaines, ect.) constituent, pour elle, deux thématiques susceptibles de nécessiter des négociations internationales. La première correspond, d’ailleurs, directement aux thèmes à discuter dans la capitale grècque. Il est alors urgent d’élucider ces sujets, d’en avoir une compréhension commune, d’envisager la manière d’en débattre, de façon pertinente et bénéfique, au cours de ce forum.

L’atelier régional qui s’est tenu du 13 au 15 juillet dernier à Saly constitue, d’après Ken Lohento, le coordonateur du programme des Tic à l’Institut Panos de l’Afrique de l’Ouest, l’une des premières opportunités de discussions régionales publiques autour de ces sujets.

A l’issue de la rencontre de Saly, plusieurs points à soumettre aux différents acteurs ont été adoptés par les participants. Ensuite, il y a l’appel dit de Saly, pour une meilleure participation de l’Afrique à la gouvernance de l’Internet qui a été adoptée. Cet appel demande, notamment, que les organisations africaines qui s’occupent de l’Internet soient renforcées. Parce que, à en croire M. Lohento, « c’est lorsqu’elles sont renforcées qu’on pourra réellement maîtriser la gouvernance de l’Internet et qu’on pourra, aussi, avoir des infrastructures locales bien développées, afin de nous aider à mieux compétir dans le monde de l’Internet, ainsi qu’à la mieux utiliser pour le développement ».

Les acteurs concernés par l’évolution des Technologies de l’information et de la communication se disent très convaincus que le secteur privé africain a un grand rôle à jouer, parce que c’est l’instrument de développement des infrastructures. « Mais malheureusement, le secteur privé n’est pas bien organisé encore pour bien contribuer. Parce qu’on ne peut pas espérer, qu’individuellement, chaque membre du secteur privé, chaque entreprise puisse aller sur ces processus qui sont assez longs, assez difficiles et assez coûteux », déclare Ken Lohento, d’après qui, il y a une nécessité pour le secteur privé de s’organiser, afin d’avoir un poids réel pour ne pas rater le train mondial des Technologies de l’information et de la communication (Tic), donc le développement.

Assane DEME

(Source :Le Quotidien, 22 juillet 2006)

Mots clés

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante : 35 Gbps
- 2 FAI (Orange et Arc Informatique)
- 9 354 455 abonnés Internet

  • 9 077 056 abonnés 2G+3G (97,10%)
  • 151 437 clés Internet (1,60%)
  • 107 550 abonnés ADSL (1,10%)
  • 18 412 abonnés bas débit (0,20%)

- Taux de pénétration des services Internet : 63,21%

(ARTP, 30 septembre 2017)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 50,70%

(Internet World Stats 30 juin 2016)

- 4463 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 21 avril 2017)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 287 980 abonnés
- 219 734 lignes résidentielles (76,30%)
- 68 186 lignes professionnelles (23,68%)
- lignes publiques (0,02%)
- Taux de pénétration : 1,94%

(ARTP, 30 septembre 2017)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 15 556 649 abonnés
- Taux de pénétration : 105, 11%

(ARTP, 30 septembre 2017)

FACEBOOK

- 2 800 000 utilisateurs

(Facebook Ads, août 2017)