twitter facebook rss
Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Portabilité des numéros de téléphone : quand l’Artp étale ses limites

vendredi 2 septembre 2016

Cela fait maintenant un an que la portabilité des numéros de téléphone a été introduite au Sénégal. Mais ce procédé, qui donne la possibilité au client de migrer vers un autre opérateur de téléphonie en gardant son numéro, est loin d’être effectif. C’est pourquoi l’Association sénégalaise des utilisateurs des Tic (Asutic) souligne, dans un communiqué, que l’Autorité sénégalaise de régulation des télécommunications et des postes (Artp) a lamentablement échoué dans la mise en œuvre de ce dispositif. « (…) Les Sénégalais sont dans un flou total à cause de ce manquement dans la mise en œuvre du service de portabilité au Sénégal. Depuis le 1er septembre 2015, ils ignorent le réseau de leur correspondant quand ils placent un appel. Pire encore, l’Artp est incapable, depuis un an, de collaborer avec les opérateurs pour la mise en place de ce signal de transparence. Ainsi, l’utilisateur qui achète une des offres d’abondance que font les opérateurs (Magik Chrono pour Expresso, Illimix pour Orange, et Tawfekh pour Tigo), risque de perdre son argent », note-t-on, dans le document parvenu à Walf Quotidien.

Ces utilisateurs des Tic notent, en outre, une absence totale de communication sur ce nouveau service. Ils soutiennent qu’à part Dakar, qui a juste des affiches et des spots à la télévision, le Sénégal des profondeurs est oublié par l’Artp. A les en croire, la majorité des Sénégalais ne savent même pas que le service existe ou, s’ils sont au courant, n’en comprennent pas le fonctionnement. « Manifestement le Sénégal dispose d’une autorité qui travaille contre ses intérêts. Dépenser des milliards du peuple sénégalais pour aboutir à un échec, on ne peut pas faire mieux en termes d’incompétence », tance Asutic.

En revanche l’Asutic exige de l’Artp la mise en place d’un signal sonore pour chaque opérateur, de procéder à une régulation asymétrique des tarifs d’interconnexion car leur baisse symétrique a montré ses limites. En outre, les utilisateurs des Tic exhortent les services de Abdou Karim Sall à procéder au dégroupage de la boucle locale pour qu’enfin le monopole de 20 ans d’Orange sur le réseau filaire soit cassé pour une baisse des tarifs du Wifi.

(Source : Walf Fadjri, 2 septembre 2016)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 11 081 424 abonnés Internet

  • 10 817 325 abonnés 2G+3G+4G (97,62%)
    • 2G : 33,28%
    • 3G : 54,50%
    • 4G : 12,13%
  • 97 453 clés et box Internet (0,88%)
  • 145 964 abonnés ADSL/Fibre (1,341%)
  • 17 953 abonnés bas débit (0,16%)
  • 2729 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 825

- Taux de pénétration des services Internet : 70,46%

(ARTP, 30 juin 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 3 opérateurs : Sonatel, Expresso et Saga Africa Holdings Limited
- 307 030 abonnés
- 236 665 lignes résidentielles (77,08%)
- 70 274 lignes professionnelles (22,89%)
- 91 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,952%

(ARTP, 30 juin 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 17 201 494 abonnés
- Taux de pénétration : 109,38%

(ARTP, 30 juin 2019)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)