twitter facebook rss

Articles de presse

Imprimer Texte plus petit Texte plus grand

Politiques nationales de communication : Ces contraintes au pluralisme de l’information

jeudi 24 mars 2005

Des législations (anciennes) dûment établies mais peu ou mal appliquées, des médias d’Etat qui peinent à assurer leur mission de service public, le projet de promouvoir les radios communautaires qui fait « timidement » son chemin... La liste des contraintes qui font obstacles au pluralisme de l’information n’est pas exhaustive. Ainsi, à ces obstacles identifiés par les participants à la réflexion autour des « Défis du pluralisme de l’information en Afrique », organisée les 21 et 22 mars à Dakar par l’Institut Panos Afrique de l’Ouest (Ipao), il faut ajouter ceux liés au manque de dynamisme des organisations professionnelles des journalistes. Le constat fait par les professionnels des médias est qu’aujourd’hui la plupart de « ces organisations sont devenues amorphes ». C’est pourquoi, il urge de les redynamiser par l’apport des jeunes et des femmes des médias.

Autres recommandations des participants à la table-ronde de l’Ipa : la nécessité de se doter d’organes d’autorégulation qui soient appuyés de manière qu’ils puissent être fonctionnels en période de crise. Aussi, la recherche sur les médias doit être mieux articulée et menée en partenariat avec les instituts de recherche spécialisés.

Mais ce qui semble le plus animé les professionnels des médias, souligne Alymana Bathily, consultant à l’Ipao, c’est d’amener les institutions régionales telles que la Cedeao et l’Union africaine à s’investir davantage pour appuyer le développement de législations plus démocratiques. « Que ces institutions, ajoute-t-il, puissent coordonner les organes de régulation et servir de cadre pour les plaidoyers en direction des chefs d’Etat ».

Du côté de l’Institut Panos, d’où est partie l’idée de la table-ronde sur le pluralisme de l’information, les objectifs semblent bien définis. Aujourd’hui que les contraintes sont identifiées, notamment au plan juridique, « l’important, note la directrice de l’Ipao, Mme Diana Senghor, est de voir comment faire appliquer les bonnes lois », dans les pays qui ont déjà légiféré. La priorité à l’Ipao, est d’arriver, à très court terme, de faire du pluralisme de l’information à la télévision une réalité. « Comment est-ce que les médias d’Etat peuvent devenir des médias de service public ». C’est la question à laquelle il urge de trouver une réponse adéquate.

Mbagnick NGOM

(Source : Wal Fadjri, 24 mars 2005)

Inscrivez-vous a BATIK

Inscrivez-vous à notre newsletter et recevez toutes nos actualités par email.

Navigation par mots clés

INTERNET EN CHIFFRES

- Bande passante internationale : 172 Gbps
- 4 FAI (Orange, Arc Télécom, Waw Télécom et Africa Access)
- 10 770 683 abonnés Internet

  • 10 512 647 abonnés 2G+3G+4G (97,60%)
  • 99 177 clés et box Internet (1,11%)
  • 138 743 abonnés ADSL (1,31%)
  • 17 952 abonnés bas débit (0,17%)
  • 2164 abonnés aux 4 FAI

- Liaisons louées : 22 633

- Taux de pénétration des services Internet : 68,49%

(ARTP, 31 mars 2019)

- 7 260 000 utilisateurs
- Taux de pénétration : 58,20%

(Internet World Stats 31 décembre 2018)

- 4710 noms de domaine actifs en .sn

(NIC Sénégal, 25 septembre 2018)

TÉLÉPHONIE EN CHIFFRES


Téléphonie fixe

- 2 opérateurs : Orange et Expresso
- 307 736 abonnés
- 237 282 lignes résidentielles (77,11%)
- 70 363 lignes professionnelles (22,86%)
- 84 lignes publiques (0,03%)
- Taux de pénétration : 1,95%

(ARTP, 31 mars 2019)


Téléphonie mobile

- 3 opérateurs (Orange, Tigo et Expresso)
- 16 977 104 abonnés
- Taux de pénétration : 107,95%

(ARTP, 30 septembre 2018)

FACEBOOK

- 3 171 000 utilisateurs

- Taux de pénétration de Facebook : 18,6%

(Facebook, Juin 2019)